" "Le Canada plaide " fermement " pour la démocratie — Francophonie

11 Octobre, 2018, 06:36 | Auteur: Lynn Cook
  • Vote vendredi pour la direction de la Francophonie mondiale: la canadienne Michaëlle Jean refuse de baisser les armes

Il est question ici de choisir entre, l'une et l'autre, de deux candidates: Michaëlle Jean, secrétaire générale sortante qui connait bien l'organisation et a fait ses preuves notamment dans la promotion de la langue française et la défense courageuse des droits de la personne et des principes démocratiques, d'une part, et Louise Mushikiwabo, ministre des Affaires étrangères du Rwanda et numéro deux d'un régime autoritaire, qui a le pire bilan en matière de respect des droits de la personne et des principes démocratiques, et a banni l'usage de la langue française dans l'enseignement et l'administration publique dans son pays: "au Rwanda, le français ne va nulle part " dixit-elle, d'autre part.

"Pour ce qui est du poste de Secrétaire général, le Canada est prêt à se rallier au consensus, comme le veut la façon de faire en Francophonie ", a indiqué Jeremy Ghio, l'attaché de presse de la ministre canadienne de la Francophonie, dans une déclaration transmise par courriel.

L'instance politique est actuellement dirigée par Michaëlle Jean, ancienne Gouverneure générale du Canada, c'est-à-dire représentante de la reine d'Angleterre dans cette ex-colonie britannique.

Michaël Jean de son côté poursuit discrètement son lobbying pour essayer de faire renverser les pronostics.

Résultat: le Canada va se rallier au choix de la majorité, l'un des principes de fonctionnement fondamentaux de cette organisation étant de prendre des décisions par consensus. Mais jusqu'ici elle pouvait encore espérer avoir deux soutiens de poids pour éviter de se retrouver dans une situation délicate: celle du Québec et du Canada. La ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo, a derrière elle la France et une flopée de pays de l'Union africaine. Si la Rwandaise remporte le vote, la Francophonie mondiale sera dirigée par une ressortissante d'une nation où à peine moins de 1 % de la population parle le français.

M. Legault prend ainsi le contrepied de son prédécesseur, le libéral Philippe Couillard, qui avait émis des réserves sur la gestion de Mme Jean avant de finalement appuyer sa candidature.

Le Rwanda a ainsi remplacé en 2008 le français par l'anglais en tant que langue obligatoire à l'école, avant de rejoindre le Commonwealth, pendant anglophone de l'OIF, un an plus tard. C'est d'ailleurs en anglais que Paul Kagame avait annoncé la candidature de sa ministre. "Sans doute pas", écrivaient mi-septembre dans une tribune au quotidien français Le Monde Charles Josselin, Pierre-André Wiltzer, Hélène Conway-Mouret et André Vallini, quatre anciens ministres français chargés de la francophonie.

La Rwandaise profite cependant de ce qu'il serait convenu d'appeler, la prime à la réconciliation entre son pays et la France.

Le Rwanda pratique " censure, menaces, arrestations, violences, assassinats " contre les journalistes qui osent dénoncer l'autoritarisme de ses dirigeants, a récemment dénoncé Reporters sans frontières (RSF). "Je vais à Erevan avec un sourire", a-t-elle déclaré dans une interview récente à TV5 Monde.

"Selon des sources proches de l'OIF, la course pour sa direction " s'annonce très difficile " pour Michaëlle Jean, dont les appuis se comptent sur " les doigts d'une main ".

Recommande: