Coup de tabac à Wall Street, le secteur technologique plonge

11 Octobre, 2018, 22:23 | Auteur: Aubrey Nash
  • La Bourse de New York termine en ordre disperséPlus

Selon des résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, a cédé 3,15%, à 25.598,74 points, sa plus mauvaise séance depuis février.

Après le mercredi noir de Wall Street, les places européennes chutent à leur tour. Après la baisse de plus de 2% la veille, la Bourse de Paris encaisse un recul de 1,50%, alors que Londres plonge de 1,35% et Francfort de 1,31%. Mercredi, l'indice Dow Jones était tombé mercredi à son plus bas niveau depuis février, dégringolant de 3,15%, alors qu'il avait atteint un sommet historique il y a huit jours. L'indice de la Bourse sud-coréenne, le Korea Composite Stock Price Index (Kospi), tombait quant à lui en séance de 2,86% à 2.164,98 points, tandis que le Taiex de Taïwan refluait de 5,57% à 9.885,12 points. "En fait c'est la correction que nous attendions depuis longtemps", a poursuivi le président, qui s'exprimait à Erie en Pennsylvanie (nord-est) peu avant la tenue d'un meeting.

"Le président Donald Trump a affirmé mercredi, après une journée noire à Wall Street, que " la Fed était tombée sur la tête", dans une nouvelle critique vis-à-vis de la banque centrale américaine, engagée dans une politique de relèvement des taux". "Mais je ne suis vraiment pas d'accord avec ce que la Fed est en train de faire, okay!", a encore lancé M. Trump.

La directrice du FMI, Christine Lagarde, justifie, elle, ces hausses de taux au vu du contexte économique actuel. Elle compte le faire encore en décembre.

Que se passe-t-il sur les marchés financiers? "De tels relèvements " sont un développement nécessaire " et " inévitable " pour les économies comme les États-Unis enregistrant une croissance robuste, une inflation accrue et un chômage " extrêmement bas ", a-t-elle insisté lors d'une conférence dans l'île indonésienne de Bali.

Les taux au jour le jour, qui conditionnent les crédits à la consommation et les crédits immobiliers notamment, se situent désormais entre 2% et 2,25%.

Rompant avec la tradition d'un respect de l'indépendance de la puissante institution monétaire, Donald Trump, depuis cet été, n'hésite pas à dire haut et fort sa désapprobation face à cette politique monétaire. Le Nasdaq, à forte coloration technologique a perdu 4,08%, sa pire séance depuis deux ans. Les investisseurs ont été troublés par des commentaires mercredi dernier du président de la Fed, estimant que la Banque centrale était "encore très loin" du taux "neutre" auquel elle aspire, celui qui favorise la croissance sans nourrir de hausse des prix.

La chute de ces trois indices boursiers a été alimentée par une dégringolade des valeurs technologiques, traditionnel moteur de la hausse des indices mais particulièrement malmenées depuis une semaine.

Recommande: