Si Berlin renvoie des migrants par " charters ", Salvini fermera les aéroports italiens

09 Octobre, 2018, 21:28 | Auteur: Lynn Cook
  • Matteo Salvini

Le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini a prévenu dimanche qu'il fermerait tous les aéroports de son pays si l'Allemagne s'avise d'y envoyer des "charters" de migrants, comme l'affirment certains médias.

Tout a en fait débuté après que l'agence de presse allemande DPA ait assuré que des vols charter vers l'Italie étaient actuellement en préparation du côté de Munich.

Le ministre italien avait alors expliqué qu'il avait reçu des assurances de la part de l'Allemagne que pour chaque migrant renvoyé en Italie les autorités allemandes accepteraient un demandeur d'asile en Italie. Ce dernier oblige en fait les migrants à déposer une demande d'asile dans le tout premier pays européen dans lequel ils ont mis les pieds et ont été enregistrés. Le journal italien ajoutait que " l'emploi de vols charters " n'était pas exclu pour la première fois, en écrivant que le premier avion pourrait arriver en Italie mardi.

"Aucun vol de transfert n'est prévu vers l'Italie dans les prochains jours", a déclaré un porte-parole du ministère allemand de l'Intérieur dans un courrier électronique.

Si cette information devait se confirmer, cela rallumerait le conflit au sein du gouvernement allemand autour de la politique migratoire, avec une passe d'armes entre la chancelière Angela Merkel et son ministre de l'Intérieur Horst Seehofer.

L'Allemagne, politiquement sous tension sur la question des migrants depuis l'afflux de plus d'un million de demandeurs d'asile depuis 2015, s'efforce de conclure des accords bilatéraux de reconduite avec le plus grand nombre possible de pays de l'UE. Salvini avait démenti le lendemain, exigeant de nouvelles concessions de la part de l'Allemagne, rappelle Reuters. L'accord n'a pas été signé pour le moment.

"Mais Salvini dit maintenant: je ne signerai que si l'Allemagne soutient la position de l'Italie sur le droit d'asile dans l'Union européenne".

Rome demande une réforme du traité de Dublin afin que soit organisée une répartition des nouveaux arrivants dans l'ensemble de l'UE et non plus l'obligation de rester dans le pays où ils sont arrivés en Europe.

Recommande: