Remaniement après le départ de Gérard Collomb: Dénouement lundi ou mardi

09 Octobre, 2018, 11:09 | Auteur: Aubrey Nash
  • Pourquoi le remaniement pourrait être plus large

"Je pense que tout le monde est vraiment dans le flou".

Édouard Philippe devrait bientôt présenter sa démission avant d'être chargé par Emmanuel Macron de composer un nouveau gouvernement.

Après la démission en bloc, dans la matinée, de son gouvernement, Edouard Philippe se verrait immédiatement confier la tâche de former un nouveau gouvernement.

Depuis une semaine, le Premier ministre assume l'intérim à l'Intérieur, ce qui l'a obligé à un aller-retour lundi soir à Lyon pour présider le dîner de travail des ministres de l'Intérieur des six plus grands pays de l'UE. Il est annoncé de retour à Paris dès mardi matin, devant le groupe LREM de l'Assemblée.

L'annonce est attendue a priori d'ici la fin de journée, à la veille du Conseil des ministres.

Pour remplacer M. Collomb, les noms des ministres Christophe Castaner, Jean-Yves Le Drian ou Gérald Darmanin circulent et, de plus en plus, ceux d'experts comme le procureur de Paris François Molins - une figure connue des Français depuis les attentats de 2015 -, la directrice de la PJ Mireille Ballestrazzi, le maire de Prades (Pyrénées-Orientales) Jean Castex, un haut fonctionnaire qui a servi Nicolas Sarkozy à l'Élysée, enfin l'ancien patron de la police nationale Frédéric Péchenard, un autre proche de M. Sarkozy.

Sauf surprise, aucun "poids lourd " ne sera du gouvernement Philippe 3, au moins pour la bonne raison qu'il n'y en a plus dans le périmètre de la "macronie", et au-delà le temps n'est plus - ou pas encore du moins - à des ralliements spectaculaires. Aussitôt renommé, il pourrait solliciter de l'Assemblée un vote sur une déclaration de politique générale.

Les contours du remaniement sont désormais précis, avec notamment le renforcement numérique du MoDem dans le nouveau gouvernement.

Ainsi le ministre de la Cohésion des Territories Jacques Mézard pourrait être poussé vers la sortie.

"Il est temps de faire plus de place au centre et à la gauche sociale-démocrate pour avoir un gouvernement politiquement plus équilibré", a aussi plaidé dans le Parisien la députée du parti présidentiel Laurianne Rossi, issue du Parti socialiste, tout en estimant qu'il "faut aussi avoir une vraie expérience politique et un parcours militant, ce qui a pu faire défaut au gouvernement actuel".

Le secrétaire d'État Julien Denormandie pourrait, lui, obtenir un ministère de plein exercice au Logement.

Quant à Jacqueline Gourault, elle pourrait officiellement se voir attribuer les dossiers des collectivités locales.

Autre ministre fragilisée: Françoise Nyssen actuellement à la Culture, qui est gênée par une enquête préliminaire sur des travaux d'agrandissement dans les locaux d'Actes Sud, la maison d'édition qu'elle dirigeait auparavant.

Selon un sondage Odoxa pour France Inter, "L'Express" et la presse régionale, le départ de Gérard Collomb est "un mauvais signe pour l'avenir de la présidence Macron".

Recommande: