" "Interpol annonce la démission " avec effet immédiat " de son président chinois — Lyon

08 Octobre, 2018, 07:24 | Auteur: Lynn Cook
  • Disparition du président d’Interpol : son épouse souhaite une aide internationale

Puis un second message est venu comprenant seulement une émoticône signifiant une situation de danger. Elle a été placée sous protection par la police française après avoir signalé la disparition de son époux en faisant état de menaces qu'elle a reçues via les réseaux sociaux et par téléphone, selon le ministère de l'Intérieur.

"Cette affaire relève de la justice". Dos aux caméras par soucis de sécurité, la voix étouffée dans un sanglot, Grace Meng apparait devant les journalistes. "Bien que je ne puisse pas voir mon mari, nos cœurs sont toujours liés".

Âgé de 64 ans, Meng Hongwei n'a plus donné de ses nouvelles depuis le 25 septembre, selon épouse, qui a fait part, jeudi soir, à la police français de la " disparition inquiétante " de son mari. "C'est grâce à cela qu'il tiendra le coup", a ajouté Grace Meng, qui vit à Lyon avec leurs deux enfants.

Une porte-parole d'Interpol était présente à la conférence de presse en tant qu'"observatrice". Samedi, le secrétaire général de l'organisation, l'Allemand Jürgen Stock, qui conduit ses opérations au quotidien, avait demandé à la Chine "une clarification" sur la situation de Meng Hongwei.

Peu après sa déclaration, Pékin a annoncé que Meng Hongwei était soupçonné d'avoir "violé la loi", dans un communiqué sur le site de la Commission centrale d'inspection disciplinaire du Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir, chargée de la répression de la corruption de fonctionnaires.

Le journal de Hong Kong, South China Morning Post, qui cite une source anonyme, affirme que Meng Hongwei serait visé par une enquête dans son pays et aurait été interpellé dès sa descente d'avion en Chine.

Ce n'est pas la première fois que des personnalités de haut rang de la diaspora chinoise, en France ou dans d'autres pays, manquent subitement à l'appel sur fond de campagne anti-corruption menée par Pékin, soupçonnée de servir en même temps de purge politique.

Mme Meng n'a pas souhaité commenter ces informations.

En France, en 2015, l'homme d'affaires Mike Poon, alors au centre du rachat de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, avait disparu des radars pendant plusieurs mois, expliquant à son retour avoir été interrogé dans le cadre d'une enquête sur le secteur aéronautique.

Recommande: