Légère détente en fin de semaine — Pétrole

07 Octobre, 2018, 21:01 | Auteur: Aubrey Nash
  • Pétrole le Brent à son plus haut niveau depuis 2014

Vers midi, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 84,88 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 30 cents par rapport à la clôture de jeudi. Il est monté dans la journée jusqu'à 76,90 dollars.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de novembre prenait 4 cents à 75,27 dollars.

Les investisseurs s'arrêteront peut-être plus longuement sur les données officielles de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA), qui seront publiées en cours de séance. Les déclarations de l'Arabie saoudite et de la Russie sur l'augmentation de leurs productions respectives en vue de l'adoption de sanctions américaines contre l'Iran semblent, finalement, avoir pesé sur un marché inquiet de la tension de l'offre. Alors que le président américain Donald Trump accuse pour sa part l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires d'avoir fait grimper les prix en limitant leurs extractions depuis début 2017, le président russe Vladimir Poutine lui a répondu mercredi lors d'un forum consacré à l'Energie à Moscou.

Poutine a affirmé que le prix du brut est "essentiellement le résultat des activités de l'actuelle administration américaine" et "de sa politique irresponsable qui a un impact direct sur l'économie mondiale".

Les importations nettes de pétrole brut ont augmenté de 1,08 million de barils par jour à 6,24 millions de bpj.

Les cours du pétrole ont terminé sur une note contrastée vendredi, marquant une pause à la fin d'une semaine au cours de laquelle les prix ont grimpé à leur plus haut niveau en quatre ans face à la crainte de voir l'Iran exclu du marché. "Mais ce repli n'a pas duré". "Puis Mike Pompeo et John Bolton ont parlé de l'Iran, ce qui a fait bondir les cours", a-t-il ajouté. "Ces commentaires font encore monter la température entre les deux pays avant même l'entrée en vigueur des sanctions", a remarqué Phil Flynn de Price Futures Group.

Recommande: