Au moins trois éléments chimiques impurs dans la nouvelle formule — Levothyrox

05 Octobre, 2018, 22:17 | Auteur: Jonathan Ford
  • PHARMACIE

Fin de l'histoire? Pas vraiment. Un chercheur du CNRS, Jean-Christophe Garrigues, basé à Toulouse, pointe la présence d'un élément chimique qui pourrait déclencher des effets secondaires, sur le site d'investigations Médiacités (article payant), jeudi 4 octobre.

Sur quoi le chercheur s'est-il basé? Mais ses analyses n'ont pas été menées dans un cadre officiel et vont à l'encontre des conclusions publiées par l'Agence du médicament.

Le chercheur affirmait avoir trouver l'origine des effets secondaires de la nouvelle formule du Levothyrox. Il aurait alors décelé une anomalie sur l'une des figures qui, selon lui, serait le signe de la présence d'une molécule suspecte. "Nous avons constaté un pic important d'impuretés dans la nouvelle formule", a-t-il indiqué au quotidien Le Monde, précisant qu'il fallait poursuivre les recherches pour "identifier la nature de ces impuretés et savoir si elles sont toxiques ou non". Mais pour le CNRS, celui-ci n'a "pas respecté la déontologie scientifique".

"Le CNRS et l'université Toulouse III Paul Sabatier ont demandé l'annulation d'une conférence de presse consacrée à des analyses du Levothyrox, prévue ce vendredi 5 octobre à Toulouse".

L'ANSM a effectué quatre analyses de septembre 2017 à juillet 2018. Aucune anomalie n'a été décelée et toutes ont au contraire confirmé la bonne qualité du médicament.

Incident diplomatique au CNRS autour de la nouvelle formule du Levothyrox.

Recommande: