Troisième rencontre intercoréenne entre Moon Jae-in et Kim Jong-un

19 Septembre, 2018, 09:05 | Auteur: Lynn Cook
  • Troisième sommet intercoréen le leader sud-coréen acclamé à Pyongyang

"Nous allons faire pression en faveur d'une dénucléarisation avancée du Nord et une mesure réciproque des Etats-Unis, en relançant rapidement un dialogue sincère visant à établir des nouvelles relations pacifiques", a déclaré le chef d'état-major du président sud-coréen Im Jong-seok.

La porte-parole du département d'État américain, Heather Nauert.

Le leader nord-coréen Kim Jong Un a accepté de procéder au démantèlement permanent de ses infrastructures nucléaires en présence d'experts nationaux, a affirmé le président sud-coréen Moon Jae-in lors d'une conférence de presse conjointe suivant le sommet entre les deux dirigeants à Pyongyang, capitale de la Corée du Nord.

Kim Jong Un a annoncé mercredi qu'il se rendrait à Séoul prochainement, dans ce qui constituerait la première visite d'un dirigeant nord-coréen dans la capitale sud-coréenne depuis la partition de la péninsule.

M. Moon a joué un rôle crucial de médiateur pour permettre l'organisation le 12 juin à Singapour d'un sommet historique entre le Nord-Coréen et le président américain Donald Trump.

Le Nord avait envahi son voisin en 1950, signant le début de la guerre de Corée mais souligne régulièrement aujourd'hui l'importance de la réunification avec le Sud, désormais bien plus riche. Les deux parties s'écharpent depuis sur la signification exacte de cet engagement.

Washington exige "une dénucléarisation définitive et entièrement vérifiée" tandis que Pyongyang veut une déclaration officielle des États-Unis pour marquer la fin de la guerre de Corée qui s'est achevée en 1953 sur un simple armistice.

Les autorités nord-coréennes ont dénoncé des méthodes de "gangster" des Américains, accusés de vouloir obtenir leur désarmement unilatéral sans faire de concession à chaque étape.

Rodong Sinmun, le journal du parti unique au pouvoir en Corée du Nord, a réitéré ces accusations mardi, déclarant que "Washington était totalement responsable" de l'impasse actuelle.

Alors que l'année précédente, au même endroit, Kim Jong Un supervisait les tirs de missiles au plus fort des tensions avec son voisin du Sud, il a donné cette fois l'accolade à Moon Jae-in, à la sortie de l'avion.

Par la suite, les dirigeants du Nord et du Sud ont emprunté le tapis rouge pour rejoindre le bâtiment de l'aéroport.

"Les progressistes du gouvernement de M. Moon et en dehors auront nettement intérêt à exagérer les résultats du sommet, masquant initialement ce qui sera probablement l'absence d'engagements tangibles". La délégation sud-coréenne doit visiter plusieurs hauts lieux de Pyongyang.

Recommande: