Affaire Benalla. Les sénateurs LREM vont boycotter l’audition

19 Septembre, 2018, 10:50 | Auteur: Sue Barrett
  • Au Sénat Benalla s'explique mais ne convainc pas

L'audition par la commission d'enquête sénatoriale d'Alexandre Benalla, principal protagoniste de l'affaire qui a empoisonné l'été d'Emmanuel Macron, a commencé mercredi vers 08h50 avec vingt minutes de retard.

Au moment des faits, les deux hommes étaient respectivement adjoint du chef de cabinet de la présidence et employé du parti présidentiel La République en marche.

La convocation de M. Benalla, 27 ans, devant le Sénat, a elle-même viré au feuilleton. "Le rôle du sénat, c'est de contrôler le gouvernement, pas l'exécutif", estime François Patriat à Franceinfo. L'ex-chargé de mission a d'abord laissé entendre qu'il souhaitait être auditionné.

En prenant la parole, M.Benalla a souligné qu'il avait "un profond respect pour le Sénat et pour les sénateurs" et présenté ses excuses au président de la commission d'enquête du Sénat.

Selon les informations de L'Obs, Emmanuel Macron aurait appelé le président du Sénat, Gérard Larcher, pour se plaindre de ce qu'il estime être un "déséquilibre institutionnel" Le garde des Sceaux, Nicole Belloubet, a également publié une tribune dans le journal Le Monde le 15 septembre pour rappeler "qu'au nom de la séparation des pouvoirs, une commission d'enquête parlementaire ne [pouvait] pas viser ce qui touche le président ni concerner une enquête judiciaire en cours". "(...) Cela me semble complètement disproportionné et au contraire, cela génère la suspicion".

Alexandre Benalla interviewé sur TF1. Les sénateurs de la commission d'enquête ont statué et refusé cette demande, fait savoir Public Sénat.

La protection du président est en effet "la responsabilité d'un service de l'État", martèle M. Bas.

"On s'approche de la reconnaissance qu'il jouait bien un rôle en matière de sécurité", déclarait M. Bas à l'issue des dernières auditions.

Recommande: