Israël se prononce sur le crash de l’avion militaire russe en Syrie

18 Septembre, 2018, 19:04 | Auteur: Lynn Cook
  • Israël se prononce sur le crash de l’avion militaire russe en Syrie

Les 15 membres d'équipage de cet avion de reconnaissance russe ont été tués. Disparition d'un avion russe.

"Le contact a été rompu avec l'équipage d'un Il-20 au-dessus de la mer Méditerranée à 35 kilomètres des côtes syriennes alors qu'il revenait à la base aérienne de Hmeimim" en Syrie, avait tout d'abord précisé Moscou, précisant que l'appareil avait disparu des radars à 23H00 lundi. Selon le ministère russe de la Défense, l'appareil a disparu lors d'une attaque aérienne menée par quatre F-16 israéliens sur des dépôts de minutions situés dans la province de Lattaquié, en Syrie - un bastion du président Bachar al-Assad.

Le ministère russe de la Défense a expliqué que la défense antiaérienne syrienne visait en réalité un F-16 israélien.

Une source militaire syrienne avait annoncé plus tôt dans la soirée que la défense anti-aérienne avait intercepté des missiles "hostiles" tirés en direction de la ville côtière de Lattaquié. "Il ajoute qu' " au même moment, les radars russes ont enregistré des tirs de missiles depuis la frégate française Auvergne, présente dans cette zone ". "Les armées françaises démentent tout implication dans cette attaque", a réagi à Paris un porte-parole de l'armée française.

Pendant ce temps un navire de sauvetage russe partait à la recherche de l'avion et annonçait rapidement que les 15 militaires à bord du Il-20 avaient péri.

Les autorités syriennes, ainsi que l'Iran et le Hezbollah, portent la responsabilité pour la destruction de l'Iliouchine Il-20 de l'armée russe en Syrie, a annoncé l'Armée de défense d'Israël sur sa page Twitter. De son côté, Israël a contesté s'être servi de l'appareil russe abattu comme couverture en Syrie " Le droit de riposter ". " Nous considérons hostiles ces provocations de la part d'Israël " et " nous nous réservons le droit de répondre de manière adéquate ", a précisé Igor Konachenkov. "La situation est en train d'être analysée", a-t-il simplement déclaré.

Le président russe Vladimir Poutine a ensuite parlé d'"un enchaînement de circonstances accidentelles tragiques", semblant adopter un ton conciliant envers Israël.

Sévir contre Israël irait "contre les intérêts" de la Russie, occupée à ressouder la Syrie, dit à l'AFP Amos Yadlin, ancien chef du renseignement militaire israélien.

"Nous ne faisons pas de commentaire sur des informations étrangères", a pour sa part déclaré un porte-parole militaire israélien.

Sur le front diplomatique, un accord a été dévoilé lundi soir par la Russie et la Turquie sur la province d'Idleb, avec la création d'ici au 15 octobre d'une "zone démilitarisée" dans ce dernier grand bastion insurgé en Syrie.

À court terme, l'initiative éloigne la perspective d'une offensive du régime et de son allié russe, et devait apporter un répit dans un pays en ruine déchiré depuis 2011 par une guerre qui a fait plus de 360.000 morts.

Recommande: