Le plus vieux dessin du monde ressemble à un hashtag

15 Septembre, 2018, 18:11 | Auteur: Sue Barrett
  • Laure Dayet au laboratoire Traces a participé à la découverte

Une découverte qui repousse de trente mille ans dans le passé les origines de l'utilisation des symboles par Homo sapiens. Est-ce un gribouillage d'enfant ou la trace d'une première "comptabilité"? C'est une équipe internationale de chercheurs qui a fait cette trouvaille en 2015 lors de fouilles menées en Afrique-du-Sud. Leurs résultats indiquent que les lignes ont été délibérément tracées avec un crayon d'ocre pointu, sur une surface préalablement lissée par frottement, ce qui fait de ce motif le dessin le plus ancien découvert, précédant d'au moins trente mille ans les plus vieux exemples connus jusqu'alors.

De prime abord, l'objet ne paie pas de mine: un fragment de roche portant sur un côté neuf traits de couleur formant un croisillon. Il a été réalisé sur un morceau de silcrète il y a environ 73.000 ans, dans la grotte de Blombos, en Afrique du Sud.

Pour parvenir à exclure toute intervention du hasard dans la réalisation de cette œuvre, les archéologues ont en effet usé de méthodes expérimentales particulièrement astucieuses. On ignore toutefois s'il s'agit de simples décorations ou si un symbolisme plus complexe se cache derrière ces dessins, selon les chercheurs emmenés par Christopher Henshilwood, des universités de Bergen (N) et Witwatersrand.

Ils ont ensuite comparé leurs productions au dessin original grâce à des techniques d'analyse microscopique, chimique et tribologique, [la science dédiée à l'étude de l'usure et des frottements]. "Notamment des morceaux d'ocres gravés de motifs abstraits en forme de croisillons, qui ressemblent beaucoup au nouveau dessin", révèle le communiqué. Des symboles ancestraux qui nous renvoient, non sans une pointe d'émotion, à l'enfance de l'humanité.

Ce morceau de roche "faisait partie d'un objet plus grand, qui était peut-être une meule pour produire de la poudre d'ocre", selon Francesco d'Errico.

Ces chasseurs-cueilleurs excellaient dans l'art de capturer des grosses proies telles que des hippopotames ou des éléphants.

La nouvelle découverte renforce également l'hypothèse d'une utilisation de certains signes à visée symbolique plus précoce que prévu. La plus ancienne gravure connue à ce jour, un zigzag incisé sur une moule d'eau douce, a notamment été découverte à Trinil, sur l'île de Java, dans des couches archéologiques datant de 540 000 ans. Découvert sur un fragment de roche dans la grotte de Blombos, en Afrique du Sud, il renouvelle notre connaissance de l'usage symbolique des signes par les premiers Homo sapiens.

Recommande: