Serena Williams a-t-elle été victime de sexisme ?

13 Septembre, 2018, 01:52 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Serena Williams en discussion avec l'arbitre au cours de son match de finale des Internationaux des États-Unis contre Naomi Osaka

Après la Coupe Davis sacrifiée sur l'autel du roi Dollars, l'affrontement est de plus en plus probable entre les joueurs (hommes et femmes) contre les tournois qui organisent les matches et nomment les arbitres. Carlos Ramos lui a alors administré un troisième avertissement, ce qui équivaut à un jeu de pénalité, et arrive peu souvent à ce stade de la compétition. "Pour moi, lui dire que c'est un voleur et recevoir un jeu de pénalité pour ça, c'est une décision sexiste". Ça me dépasse. Mais je vais continuer mon combat, comme pour [Alizé] Cornet, qui aurait dû avoir le droit de remettre son t-shirt à l'endroit sans être menacée d'une amende. Je n'ai jamais triché de ma vie.

Depuis, Serena, qui a écopé de 17.000 dollars d'amendes, a reçu une vague de soutien considérable. "Nous ne pensons pas que ça a été le cas hier soir (samedi)", écrit le directeur de l'organisation Steve Simon dans un communiqué. "J'ai parfois reçu un pré-avertissement par l'arbitre, qui me disait: Arrête ça ou je devrais te mettre un avertissement, s'est souvenu l'Américain James Blake, ancien N.4 mondial".

" Le plafond (de verre) que les femmes de couleur rencontrent sur leur chemin vers l'ascension n'a jamais paru si infranchissable que lors de la finale de l'US Open ", ajoute-t-elle dans une tribune publiée dans le Washington Post.

Est-ce justifié? Oui, cette sanction correspond au règlement, sachant qu'en plus, l'arbitre Carlos Ramos est assez pointilleux en la matière. L'arbitre, le Portugais Carlos Ramos, a décelé un geste de son entraîneur Patrick Moratoglou que la joueuse n'a pas perçu. Vous avez tort. Vous n'arbitrerez plus jamais un de mes matchs.

Sans entrer dans le débat du sexisme, Novak Djokovic a exprimé ses réserves par rapport aux décisions de M. Ramos à l'encontre de Serena. Alors arbitre de chaise, il avait été victime d'une pluie d'insultes de la part du "bad boy" du tennis américain. Il a changé le cours du match. Ce n'était peut-être pas utile. Qu'elle obtienne le soutien de la WTA est encore plus dérangeant.

"J'ai déjà été dans la position où ils pensent qu'ils ont entendu quelque chose, alors qu'ils n'ont rien entendu. Ils doivent rendre des comptes". Une polémique d'arbitrage a émaillé la finale.

Puis l'US Open avait reconnu que l'arbitre suédois Mohamed Lahyani "avait outrepassé le protocole" en descendant de sa chaise en plein match pour encourager Nick Kyrgios à se reprendre lors du deuxième tour de l'Australien face au Français Pierre-Hugues Herbert.

Recommande: