Les pilotes allemands en grève ce mercredi — Ryanair

13 Septembre, 2018, 13:07 | Auteur: Aubrey Nash
  • Allemagne: nouvelles grèves en vue chez Ryanair mercredi

" Votre grève est un échec", lancé Michael O'Leary aux grévistes allemands, dans son style caractéristique.

Ryanair, en proie à des turbulences sociales inédites depuis un an, fait face mercredi à une nouvelle grève forçant la compagnie à annuler plus du tiers de ses vols depuis et vers l'Allemagne, préambule d'un débrayage européen fin septembre. Ryanair fait face à un mouvement social en Allemagne, où 150 vols ont été annulés.

Couverts d'un masque à l'effigie de leur patron, reflet de la personnalisation du conflit, environ 70 grévistes ont manifesté dans la matinée à l'aéroport de Francfort, clamant sur des pancartes "Ryanair, arrête de presser ton personnel" avant de distribuer des citrons, selon l'agence allemande DPA. De son côté Ryanair répond qu'elle "s'efforcera d'assurer ses vols normalement" et que les passagers peuvent d'ores et déjà gratuitement repousser leurs réservations de mercredi à jeudi, vendredi, samedi ou dimanche.

Les différents syndicats européens représentant le personnel de cabine de Ryanair ont confirmé jeudi la date du 28 septembre pour ce qu'ils qualifient de "plus grande grève de l'histoire" de la compagnie aérienne à bas coûts irlandaise à l'issue de leur réunion à Bruxelles.

150 vols Ryanair ont été annulés en Allemagne en raison d'une grève, prélude à un débrayage européen d'ampleur.

.

"Ceci est une première grève d'avertissement et la suite dépendra du déroulement des négociations", a averti Christine Behle, membre du conseil d'administration de Verdi.

Le transporteur irlandais a menacé en retour de représailles sur l'emploi en Allemagne si les débrayages ne cessaient pas.

Lors d'une conférence de presse à Londres, M. O'Leary a cherché à minimiser l'impact des grèves en série qui touchent sa compagnie ces dernières semaines et s'est dit prêt à en affronter d'autres. Le vice-président du syndicat Cockpit, Markus Wahl, a indiqué à l'AFP qu'une "poignée" de pilotes touchaient ce genre de paye, une majorité gagnant entre 39.000 et 110.000 euros. En théorie, une grève largement suivie par des pilotes basés en Allemagne pourrait affecter de manière significative les opérations de la compagnie aérienne à travers toute l'Europe. Les salariés exigent une augmentation de leurs salaires plus conséquente, la mise en place d'un salaire minimum, des contrats locaux et non irlandais et la prise en compte de la totalité des heures effectuées, y compris avant et après le décollage de l'appareil. La compagnie avait entamé en décembre dernier un virage à 180 degrés en débutant un processus de dialogue avec les syndicats qu'elle refusait catégoriquement jusque-là.

Recommande: