La charge des Etats-Unis contre la CPI

11 Septembre, 2018, 21:53 | Auteur: Lynn Cook

John Bolton pouvait difficilement choisir des mots plus durs.

Paris a assuré de son soutien la Cour pénale internationale (CPI) qui a essuyé lundi les critiques du conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, John Bolton.

Les États-Unis n'ont jamais ratifié le statut de la CPI créée en 2002, contrairement à 123 autres États à travers le monde.

La Cour pénale internationale (CPI) a déclaré mardi qu'elle était déterminée à continuer à faire son travail au lendemain des menaces américaines de sanctions dans l'éventualité où elle enquêterait sur les activités des forces américaines en Afghanistan. "Devant, la Fédéral Society, une organisation conservatrice de la capitale Américaine le conseiller de Donald Trump, a adressé un message clair et sans "ambigüité", qui viendrait, selon lui du Chef de l'Etat Americain".

Début novembre 2017, la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, avait annoncé son intention de demander aux juges l'autorisation d'ouvrir une enquête sur de possibles crimes de guerre, commis dans le cadre du conflit afghan, notamment par l'armée américaine. "Nous allons prendre des sanctions contre leurs avoirs dans le système financier américain, et nous allons engager des poursuites contre eux dans notre système judiciaire", a-t-il mis en garde. "Les Etats-Unis utiliseront tous les moyens nécessaires pour protéger nos concitoyens et ceux de nos alliés de poursuites injustes de cette cour illégitime", a-t-il martélé. "Nous allons laisser la CPI mourir de sa belle mort" car "pour nous, la CPI est déjà morte". "Après tout, et pour ainsi dire, la CPI est déjà morte à nos yeux".

"L'attaque du " faucon " de Donald Trump a été vivement critiquée par l'Union américaine pour les libertés civiles, qui a estimé qu'elle allait " seulement isoler encore davantage les Etats-Unis de ses plus proches alliés et conforter les criminels de guerre et les régimes autoritaires qui tentent d'échapper à la justice internationale ". La CPI, basée à La Haye, a pour mandat de poursuivre les crimes de guerre, les crimes contre l'humanité et le génocide. Les États-Unis ont toujours refusé d'y adhérer et ont tout fait, notamment par des accords bilatéraux avec de nombreux pays, pour éviter que des Américains puissent être visés par ses enquêtes.

Recommande: