Melania Trump soutient son mari — Tribune anonyme

10 Septembre, 2018, 15:53 | Auteur: Sue Barrett
  • Donald Trump visiblement furieux contre cette

La publication de ce témoignage intervient au lendemain de la diffusion de larges extraits d'un livre explosif du journaliste d'investigation Bob Woodward, qui dresse le portrait d'un président colérique et paranoïaque que ses collaborateurs s'efforcent de contrôler, voire de contourner, pour éviter de dangereux dérapages.

Quel est donc ce point de vue? Et qui prend la plume pour dénoncer les actes d'un président "dépourvu de moralité", qui n'a "aucune amarre " idéologique.

Donald Trump a parlé de " Trahison " sur Twitter. "C'est un abruti du Sud", aurait lancé Donald Trump à Rob Porter, un ancien membre de l'administration Trump. "Les Américains doivent savoir qu'il y a des adultes à bord. Nous sommes pleinement conscients de ce qu'il se passe".

Jugeant que l'administration a engrangé un certain nombre d'avancées depuis son élection -déréglementation, réforme fiscale, renforcement de l'armée -, il explique que ces dernières ont été obtenues "en dépit de et non grâce " à Donald Trump, dont il qualifie le style de "mesquin ", "impétueux " et "inefficace ". Ce qui se dit sur le président américain n'est plus simplement de l'ordre de l'anecdote embarrassante. En substance, ce collaborateur estime que le chef de l'Etat représente un tel danger pour le pays qu'il est nécessaire pour ses conseillers d'agir dans son dos. "Il s'agit du travail de l'Etat stable", tient à préciser l'auteur de la tribune.

"Soyons clair: notre "résistance" n'est pas la résistance populaire de la gauche". "Nous voulons que ce gouvernement réussisse et pensons que beaucoup de ses politiques ont déjà rendu l'Amérique plus sûre et plus prospère".

"Nous pensons que nous avons d'abord un devoir envers notre pays et que le président continue à agir d'une façon néfaste à la bonne santé de notre république", écrit le responsable anonyme.

Depuis l'accession au pouvoir de Donald Trump, son caractère fougueux et le manque d'égard qu'il montre dans ses rapports avec autrui sont critiqués et abondamment commentés sur les réseaux sociaux, les chaines de télévision et de radio.

"Cette personne a choisi de rester et de saper". Du moins, souligne-t-il dans une ellipse pour le moins significative, "jusqu'à ce que - d'une manière ou d'une autre - cela s'achève ".

En déplacement à New Delhi, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a nié jeudi être l'auteur de cette "triste" tribune. " L'auteur de la tribune cite notamment l'exemple de la politique extérieure de Trump pour illustrer les dommages qu'il fait aux Etats-Unis". "Voilà ce à quoi nous avons affaire". "L'inquiétude principale n'est pas tant ce que M. Trump a fait de la présidence, mais ce qu'en tant que nation nous lui avons laissé faire".

"Personne ne sera ne mesure de me battre en 2020 avec ce que nous avons accompli", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche.

La porte-parole la Maison-Blanche, Sarah Sanders, s'est dite "déçue mais pas surprise " par la décision du quotidien de publier le texte, dénonçant une tribune "pathétique, irréfléchie et égoïste ".

Selon le haut responsable, Donald Trump prend des décisions "impulsives, malavisées et parfois dangereuses". L'auteur dénonce dans ce texte "l'amoralité" du locataire de la Maison Blanche, qui n'est selon lui guidé par "aucun principe". "Ce lâche devrait faire la seule chose qui s'impose et démissionner ", a-t-elle conclu.

Recommande: