Osaka au sommet - US Open

09 Septembre, 2018, 12:33 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Edition numérique des abonnés

"Je ne triche pas, je n'ai jamais triché de ma vie, j'ai une fille et je me bats pour ce qui est juste, vous me devez des excuses", lui lance-t-elle à plusieurs reprises, en colère. Il n'y a rien eu de la fête attendue et le match a viré au chaos après une série d'échanges très houleux entre la championne américaine et l'arbitre.

Tout démarre au début du deuxième set, quand l'arbitre, interprète des gestes de Patrick Mouratoglou, le mentor de l'Américaine, comme du "coaching", ce qui est interdit. Vous me devez des excuses.

"Je sais que tout le monde était pour Serena et je suis désolée que ça se termine comme ça", s'est excusée Osaka de sa voix fluette, les larmes aux yeux, au moment de recevoir son trophée. "C'est vous le menteur", reprend-elle au changement de côté suivant (4-3 pour Osaka).

Naomi Osaka, elle, a su rester dans cette finale qu'elle menait parfaitement du haut de ses 20 ans.

Serena Williams enrage, et adresse une nouvelle pique verbale à Carlos Ramos: "Beaucoup de joueurs en disent autant que moi et ils ne sont pas pénalisés".

Alors qu'elle pouvait battre le record de Grand Chelem (24), Williams, en panne de service et neutralisée par la longueur de balle de son adversaire, a rapidement été dominée dans un premier set à sens unique (6-2). Ca lui avait valu un point de pénalité, et le match.

Pour sa première finale de Grand Chelem (elle n'avait même jamais dépassé les huitièmes de finale), Naomi Osaka peut tranquillement conclure sur son service et inscrire son nom dans l'histoire de l'US Open.

En finale de l'US Open, la joueuse américaine s'en est prise de façon extrêmement virulente à l'arbitre. La 19e joueuse mondiale remporte à 20 ans son premier titre du Grand Chelem. La cérémonie a ensuite commencé sous les huées, avant que Serena n'invite les spectateurs à arrêter. "Je préfère perdre!" Le coach français reconnaîtra après la rencontre qu'il lui a bien fait signe de jouer plus au centre, tout en assurant que la joueuse ne l'avait pas vu - et n'avait, donc, pas compris sa sanction.

Recommande: