Mise en examen inédite dans l'affaire des assistants parlementaires FN

09 Septembre, 2018, 03:52 | Auteur: Lynn Cook
  • Un Belge mis en examen à Paris dans le dossier des assistants parlementaires du Front National

Vendredi, les magistrats Claire Thépaut et Renaud Van Ruymbeke ont alourdi la mise en examen de Nicolas Bay en requalifiant l'" abus de confiance " en " détournements de fonds publics", un délit plus grave passible de dix ans d'emprisonnement et d'un million d'euros d'amende, selon ces sources. Ces requalifications seront notifiées lors de nouvelles convocations.

Si un procès devait se tenir devant le tribunal correctionnel de Paris où seraient sur le banc des prévenus Marine Le Pen et d'autres députés du RN (ex-FN), il est certains que Charles Van Houtte sera l'un des hommes clé des débats. Selon les informations du Parisien, le Rassemblement national est contraint de fermer un tiers de ses 100 permanences électorales en régions.

Mais ce comptable belge reconnait avoir géré les budgets octroyés par le parlement européen pour le FN et en sait donc beaucoup sur ce dossier qui pourrait avoir de très lourdes conséquences pour le parti de Marine Le Pen.

"Je vais leur répondre", a-t-elle affirmé, interrogée par l'AFP, sans toutefois préciser si elle se rendrait ou non à la convocation des magistrats et sous quelle forme elle donnerait cette réponse.

"C'est fait pour" perturber la campagne des élections européennes organisées en mai, a estimé la finaliste de la présidentielle de 2017 au sujet de cette nouvelle convocation dont elle n'a pas précisé la date.

Quand les juges ont saisi au RN deux millions d'aide publique, dans le cadre de cette affaire, "ils ont dit à la face du monde qu'ils n'instruisaient pas à charge et à décharge mais exclusivement à charge", a-t-elle déploré. Les juges " considèrent avant même que l'instruction soit terminée que nous [sommes] coupables", a ajouté la présidente du RN. Le belge Charles Van Houtte, comptable et ex-assistant parlementaire de Marine Le Pen, a été mis en examen hier à Paris pour complicité d'abus de confiance au préjudice du Parlement européen dans l'affaire dite des assistants parlementaires du FN.

Les juges d'instruction Renaud Van Ruymbeke et Claire Thépaut, qui enquêtent sur cette affaire, dont le préjudice estimé par le Parlement européen est de 7 millions d'euros pour la période 2009-2017, ont justifié cette saisie de deux millions d'euros par l'endettement du parti. "Vendredi, Marine Le Pen, qui s'est déclarée " optimiste " sur cet appel, a cependant fait état d'un parti réduit au " fonctionnement minimum ".

Déjà en campagne pour les élections européennes dans plusieurs pays de l'UE, Emmanuel Macron retrouvait aujourd'hui à Marseille Angela Merkel pour consolider son "arc progressiste" face aux nationalistes antimigrants qui progressent en Europe et jusqu'au coeur du gouvernement allemand.

Recommande: