Aux État-Unis, près de la moitié des jeunes supprime l’application Facebook

06 Septembre, 2018, 12:38 | Auteur: Aubrey Nash

C'est un véritable exode. Un quart (26%) des utilisateurs de Facebook aux Etats-Unis ont supprimé de leur smartphone l'application du réseau social depuis un an, selon un sondage publié mercredi par l'institut indépendant Pew Research Center.

Sans surprise, le mouvement est encore plus marqué chez les 18-29 ans: 44% affirment avoir effacé l'application de leur téléphone portable entre juin 2017 et juin 2018.

Comme expliqué dans le document financier remis à la Securities and Exchange Commission (Sec) aux États-Unis, la définition de l'utilisateur actif (quotidien et mensuel), inclut les personnes utilisant l'application de messagerie Messenger.

Le sondage a été réalisé du 29 mai au 11 juin, sur un échantillon de 3.413 utilisateurs de Facebook, issus d'un échantillon plus large de 4.594 personnes.

Le premier réseau social dans le monde a été à la mi-mai au centre du scandale lié au cabinet britannique Cambridge Analytica (CA), qui a collecté indûment les données de millions de ses usagers. Depuis lors, la firme a commencé à faire ses meilleurs efforts: de la mise à jour de sa politique de confidentialité à la facilitation de la modification des paramètres d'utilisateurs, en passant par une vague de suspensions des applications qui abusent des données personnelles de ses utilisateurs, pour ne citer que ces actions.

Malgré ces efforts, la cote de popularité du réseau social a subit une dégradation auprès des utilisateurs qui se sont inquiétés de la diffusion de leurs données personnelles.

Durant la période de 12 mois étudiée par le Pew Research Center, 54 % des détenteurs de pages Facebook aux États-Unis ont modifié leurs paramètres. Parmi les 18-29 ans, la proportion monte à 64 %. Un plus grand nombre a ajusté les paramètres de confidentialité sur le réseau social.

Des proportions similaires de jeunes et de personnes âgées nont pas consulté leur compte Facebook pendant plusieurs semaines alors que la plateforme est plus utilisée par les jeunes que les personnes âgées.

Et si les données sur tous les Américains adultes devrait inquiéter Facebook, le changement d'attitude vis-à-vis du réseau social est encore plus important chez les jeunes.

Recommande: