Mont-Blanc. Les incivilités se multiplient dans l’ascension du sommet alpin

20 Août, 2018, 21:08 | Auteur: Lynn Cook
  • Au mont Blanc

Quand je vois qu'un guide s'est fait bousculer volontairement sur l'arrête des Bosses par des Espagnols qui étaient mal encordés et qui étaient mécontents de s'être fait doubler de façon régulière, je me dis qu'ils n'ont rien à faire là.

Des années que le maire de Saint-Gervais-les-Bains (DVD), Jean-Marc Peillex, dénonce la surfréquentation des voies d'accès au Mont-Blanc.

Un guide frappé. Dans cette ville de Haute-Savoie, point de départ de la voie normale, dite du Goûter, vers le sommet du géant alpin, certains randonneurs - qui espèrent gravir les 4.810 mètres du Mont-Blanc - ne respectent plus rien. L'édile et conseiller départemental du Mont-Blanc, s'insurge contre les incivilités, les insultes et même les violences relevées sur le Mont-Blanc.

Dans son communiqué, il explique que le 15 août, un guide a reçu un coup de poing en croisant une cordée venant d'Europe de l'Est "au motif qu'il ne s'est pas arrêté pour les laisser passer alors que la cordée montante a toujours la priorité". Cet été, un guide s'est fait insulter dans le refuge du Goûter pour avoir faire remarquer qu'un piolet devait être remisé dans le local crampons. Dans la montée du Dôme du Goûter, trois imprudents font la sieste côte à côte sur un pont de neige. Sur le Mont-Blanc, les comportements irrespectueux atteignent des sommets. Plus loin, un abri de détresse est rendu inaccessible, "privatisé" par une vingtaine de personnes. "Ce ne sont pas moins en moyenne de 80 alpinistes par jour qui se sont empressés de monter au refuge du Goûter du 5 au 14 août ", relève-t-il, une période pendant laquelle la préfecture avait recommandé aux alpinistes de différer leur ascension en raison de la canicule qui provoquait de dangereuses chutes de pierres.

Depuis le début de l'été, un seul mort est à déplorer sur la voie normale menant au Mont-Blanc, contre douze en 2017 à la même époque sur l'ensemble des itinéraires vers son sommet.

Il promet donc de mener la fronde pour que le Mont-Blanc retrouve "sa dignité perdue". Qui peut encore accepter l'image que nous donnons du Mont-Blanc, l'un des symboles forts de la France, à tous nos compatriotes et au monde entier?

Recommande: