Au Mali, l'opposition rejette les résultats de la présidentielle

15 Août, 2018, 02:11 | Auteur: Lynn Cook
  • L'heure du dépouillement au Mali

Au premier tour, il avait récolté 41,70% des suffrages, contre 17,78% pour M. Cissé, un ancien ministre des Finances de 68 ans qui n'a pas su unir l'opposition pendant l'entre-deux tours.

Le vainqueur du duel entre le président sortant Ibrahim Boubacar Keïta, dit " IBK ", et l'opposant Soumaïla Cissé, entrera en fonction début septembre, avec la lourde tâche de relancer l'accord de paix conclu en 2015 avec l'ex-rébellion à dominante touareg, dont l'application accumule les retards. Les autres se trouvent dans le Nord, dont 23 dans la région de Tombouctou, où l'Etat est peu ou pas présent et où un président de bureau de vote a été tué par six jihadistes présumés lors du plus grave incident de la journée. Le chef du village d'Arkodia aurait confirmé l'information.

"Je suis sûr que le vote sera extrêmement positif pour notre camp ce soir donc je suis vraiment très confiant", a dit M. Cissé, ajoutant avoir "rencontré des gens très motivés" à Niafunké, où "il y a un sentiment de confiance extraordinaire qui correspond exactement à tout ce qu'('il a) vu à l'intérieur du pays". Il avait déjà été candidat en 2013 face à IBK qui l'avait emporté.

Six membres de l'équipe de communication de Soumaïla Cissé, dont quatre Français, ont été interpellés et placés en garde à vue pendant quelques heures dimanche, a-t-on par ailleurs appris lundi. Lors du premier tour, le ministère de l'Administration territoriale avait estimé leur nombre à 245 888 en raison de violences, principalement dans les régions du centre du pays.

Hormis ce "cas dramatique", "le scrutin s'est globalement déroulé sans incidents", a jugé le gouvernement. S'exprimant sur ces arrestations, le ministre de la Sécurité publique, le général Salif Traoré, a déclaré que "ça n'a rien à voir avec le candidat Cissé, absolument rien à voir". 36 000 militaires maliens ont été déployés, en plus des casques bleus de la Minusma et des forces françaises. Une enquête a été "ouverte", a-t-il précisé.

Selon le Pool d'observation citoyenne du Mali (POCIM), qui a mobilisé plus de 2 000 observateurs lors du second tour du scrutin, le taux de participation concernant 1 571 bureaux de vote était estimé à 22,38% au moment de leur fermeture.

L'Union européenne a appelé à la "transparence" dans chaque étape de la compilation des résultats.

"Un journaliste de l'AFP ont pu constater que dans au moins cinq bureaux de vote de Bamako, les procès-verbaux électoraux avaient été préremplis et signés avant même la fin du vote".

"Ibrahim Boubacar Keïta a répliqué en dénonçant des " manœuvres " de l'opposition visant à faire " croire que nous serions dans une logique de fraude ".

Recommande: