Turquie: Erdogan appelle au "boycott" des appareils électroniques américains

14 Août, 2018, 20:06 | Auteur: Aubrey Nash
  • Edition numérique des abonnés

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré mardi que son pays allait "boycotter" les appareils électroniques américains, alors que les relations entre Ankara et Washington se sont fortement tendues ces dernières semaines.

"Si nous retardons nos investissements, si nous convertissons notre monnaie sur les marchés des changes parce qu'il y a un danger, alors nous cédons à l'ennemi", a poursuivi Erdogan.

La décision est aussi symbolique car, au quotidien, les produits Apple sont très utilisés en Turquie, y compris par le Président qui est régulièrement photographié avec son iPhone ou son iPad.

Pour la seule journée de vendredi, la livre a cédé 18% face au billet vert avant de reprendre des couleurs mardi en début de journée où elle s'échangeait 6,53 pour un dollar. La banque centrale turque a promis par la suite de fournir une réserve de liquidité et de baisser le coefficient des réserves obligatoires pour les banques.

Les tensions entre la Turquie et les Etats-Unis, qui ont pris des sanctions réciproques contre des responsables gouvernementaux, sont notamment liées au sort d'un pasteur américain, Andrew Brunson, détenu par Ankara.

Edition numérique des abonnés
Crise en Turquie : Erdogan accuse Trump

Le chargé d'affaires américain en Turquie, Jeffrey Hovenier, a rendu visite mardi au pasteur Brunson et appelé à sa libération "sans délai". Son avocat turc, Cem Halavurt, a indiqué mardi avoir fait appel de l'assignation à résidence de son client, accusé de "terrorisme" et d'espionnage. Signe que malgré l'escalade verbale, les alliés continuent de chercher une solution à cette crise, l'ambassadeur de Turquie à Washington, Serdar Kiliç, a rencontré lundi le conseiller à la sécurité nationale de la présidence, John Bolton.

"Il lui a transmis le message suivant: les pressions, les menaces, ne causeront que du chaos dans les relations avec la Turquie", a déclaré le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu.

Cette montée des tensions est l'un des principaux facteurs qui ont provoqué l'effondrement de la livre ces derniers jours.

Face à cette débâcle et pendant que M. Erdogan croise le fer avec Washington, les autorités turques s'efforcent d'apaiser les marchés.

Par ailleurs, le ministre turc des Finances Berat Albayrak, qui est par ailleurs le gendre d'Erdogan, doit s'entretenir avec plusieurs centaines d'investisseurs étrangers jeudi par téléconférence, selon la chaîne d'information NTV.

Recommande: