L'hyperloop va être testé dans un village du Limousin

10 Août, 2018, 16:26 | Auteur: Aubrey Nash
  • Hyperloop : le train du futur à l’essai dans un village limousin

Le secret de ce train ultrarapide: faire circuler des capsules pressurisées, ou "pods", dans des tubes à basse pression pour s'affranchir des frottements aérodynamiques et frôler le mur du son. Avec un petit livre blanc de 57 pages intitulé Hyperloop Alpha, le milliardaire sud-africain lâchait dans la nature l'idée d'un train subsonique. Ce train "subsonique" rêvé par le fantasque Elon Musk, permettrai d'atteindre les 1 000 km/h.

C'est sous l'impulsion, fin 2017, d'un groupe d'entrepreneurs et d'élus du Limousin, réunis au sein de l'association Hyperloop Limoges, que TransPod a été démarché. La société TransPod, porteuse du projet, déposera le 10 août 2018 la demande de permis de construire du centre d'ingénierie et de la piste d'essais. Et visiblement cela devrait vite se faire puisque Raphaël Le Méhauté, préfet du Limousin, semble lui aussi chaud comme jamais l'idée d'accueillir Elon Musk et son Hyperloop: " L'État doit, dans ce dossier, être un facilitateur, car, qu'il s'agisse ou pas du transport du futur, l'hypothèse d'un centre de recherche d'une telle portée ne peut être que bénéfique pour l'image de ce territoire et le dynamisme de son université ". L'enveloppe prévue est de 21 millions d'euros, à ce jour financé à 100% par des investisseurs privés selon Transpod qui devrait dévoiler les noms des investisseurs dans les prochaines semaines.

La préfecture du département doit maintenant examiner la demande de permis de construire de la piste d'essai, un tube sur pylônes de trois kilomètres de ligne droite à édifier le long d'une ancienne voie ferrée sur un terrain mis à disposition par les autorités locales. Sébastien Gendron, cofondateur et président de Transpod, précise que la piste permettra "de tester en conditions réelles, à échelle un demi, la technologie Hyperloop ". En effet la compétition est très forte sur l'Hyperloop: des projets similaires sont développés simultanément aux Etats-Unis, en Arabie saoudite, en Inde, etc. Le milliardaire américain Dirk Ahlborn, PDG d'Hyperloop TT, a par exemple installé un centre de recherche à Toulouse.

Un outsider qui doit également compter sur un autre concurrent de taille à seulement quelques centaines de kilomètres de là.

Sébastien Gendron et son associé, le scientifique Ryan Janzen, disent viser "une première ligne commerciale à 1000 km/h autour de 2030".

Recommande: