Attention à l'excès d'iode — Algues marines

09 Août, 2018, 13:10 | Auteur: Jonathan Ford
  • Compléments alimentaires à base d'algues:

Mais l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) a tenu à rappeler sur son site, mardi 7 août, que la consommation d'algues comporte aussi un risque.

De plus en plus, elles quittent la mer pour atterrir dans nos assiettes. La présence variable d'iode dans ces produits peut entraîner des risques pour le fonctionnement de la thyroïde, du cœur et des reins. Les consommateurs doivent donc rester vigilants et privilégier les denrées à faible teneur en iode, comme les produits saumurés ou stérilisés par la chaleur.

Proposées fraîches, séchées ou encore en compléments alimentaires, les algues doivent être consommées avec modération en raison des risques liés à l'excès d'apport en iode. Ces conseils se justifient "au regard du risque non négligeable de dépassement des limites supérieures de sécurité d'apport en iode ", justifie l'Anses.

L'Anses déconseille donc la consommation d'algues aux personnes présentant un dérèglement de la thyroïde, une maladie cardiaque, ou une insuffisance rénale. Pour fixer le seuil maximal d'iode quotidien, l'Anses s'est calée sur les recommandations de l'EFSA (autorité européenne de sécurité des aliments): c'est-à-dire "600 µg par jour pour l'adulte et adaptée pour chaque tranche d'âge de consommateurs". "Mais aussi celles " suivant un traitement par un médicament contenant de l'iode ou du lithium " et " les femmes enceintes ou allaitantes, hors avis médical ". Or, certaines espèces comme les algues brunes laminaires (Laminaria spp et Saccharina spp) et l'algue rouge (Gracilaria verruqueuse) ont été identifiées comme particulièrement riches en iode. L'agence recommande de ne pas dépasser la dose journalière maximale de 150 microgrammes. Enfin, pour les personnes souffrant de carences en iode, l'Agence rappelle "qu'il n'est pas pertinent de consommer des produits contenant des algues dans le but " de pallier ce manque.

Il faut avoir une méfiance toute particulière envers les compléments alimentaires à base d'algues, vendus dans les gammes "transit" et "minceur" pour corriger des déficiences en vitamines et en minéraux. Le marché des produits à base d'algues est en constante progression, et l'offre de plus en plus variée (conserve, tartares, condiments, tisanes, biscuits, boissons...).

L'un des problèmes est que, la plupart du temps, la teneur en iode n'est absolument pas indiquée sur les produits, en particulier sur les emballages des compléments alimentaires.

Recommande: