Alexis Kohler visé par de nouvelles accusations — Conflit d'intérêts

09 Août, 2018, 20:12 | Auteur: Lynn Cook
  • Nouvelles révélations de Mediapart sur le bras droit d’Emmanuel Macron

Enfin, avec la victoire de Macron, il quitte ses fonctions chez MSC pour devenir secrétaire général de l'Élysée. Ces révélations avaient entraîné l'ouverture d'une enquête du parquet national financier (PNF) pour "vérifier si les règles relatives à la mise en disponibilité des agents publics" avaient bien été respectées.

Le site d'information Mediapart avait déjà accusé Alexis Kohler de conflit d'intérêts, relevant d'ailleurs qu'il avait été employé par l'armateur à partir de 2016. Des procès-verbaux de 2010 et 2011 du conseil de surveillance du GPMH, publiés par Mediapart et consultés par franceinfo, révèlent ainsi qu'Alexis Kohler a pris la parole et voté en faveur de contrats entre le GPMH et Terminal Normandie MSC (TNMSC), filiale française de l'armateur italo-suisse et acteur majeur de l'extension considérable du port alors engagée.

Le PNF avait révélé l'existence de son enquête après une plainte déposée le 4 juin par l'association Anticor pour "prise illégale d'intérêt" et "trafic d'influence". Des procès-verbaux du conseil de surveillance du Grand port maritime du Havre (GPMH), un établissement public où Alexis Kohler siégeait entre 2010 et 2012 en tant que représentant de l'Agence des participations de l'Etat (APE), aux côtés notamment de l'ancien édile du Havre, l'actuel Premier ministre Edouard Philippe. Et lorsque le haut fonctionnaire a été tenté d'aller "pantoufler" dans le privé, il s'est invariablement tourné vers MSC, comme en 2016 lorsqu'il est devenu le directeur financier de la filiale croisières. Dans l'intervalle, il était revenu à Bercy en mars 2017 pour participer, comme cadre de l'armateur, à une réunion sur la reprise de STX France alors en faillite, alimentant les soupçons de conflit d'intérêts.

Anticor souligne notamment que, le 30 septembre 2011, Alexis Kohler vote, "contre l'avis du commissaire du gouvernement", en faveur de l'extension de la présence de TNMSC dans le nouveau terminal "Port 2000". Ce lien familial "a toujours été dissimulé par Monsieur Alexis Kohler jusqu'à sa révélation par le journal Mediapart", concluent les avocats d'Anticor, Jean-Baptiste Soufron et Patrick Rizzo. Alexis Kohler siège alors au conseil d'administration de la société STX France, célèbre société de construction navale sise à Saint-Nazaire.

Ces informations semblent indiquer qu'Alexis Kohler et l'Elysée auraient menti dans leur défense, puisqu'il a été affirmé que le haut fonctionnaire avait "toujours informé sa hiérarchie de ses liens familiaux, ainsi que ses collègues de travail qui avaient à connaître cette circonstance". Après les nombreux rebondissements liés au cas d'Alexandre Benalla, c'est désormais le secrétaire général d'Emmanuel Macron, Alexis Kohler, qui est sérieusement inquiété à la suite de plusieurs enquêtes de Mediapart. Comme le montrait l'enquête, l'actuel secrétaire général de l'Élysée, à ses différents postes, " a été amené à travailler sur ce dossier, à mobiliser des financements ou des crédits exports, à apporter des garanties d'État pour aider la MSC ". "M. Kohler ne s'est jamais trouvé ou placé en position décisionnaire ou en situation de faire valoir une opinion personnelle dans les travaux internes et délibérations concernant MSC", avait répondu fin mai l'Elysée à Mediapart.

Recommande: