Affaire Skripal : l’administration Trump annonce des sanctions contre la Russie

09 Août, 2018, 21:14 | Auteur: Aubrey Nash
  • Mali: la Cour constitutionnelle confirme un second tour Keïta-Cissé                         En savoir plus

La Russie se verra dès lors imposer des sanctions économiques dès le 22 août, si le Congrès ne s'y oppose pas. La bourse russe a fait de même en raison de rumeurs de nouvelles sanctions américaines d'ampleur liées aux accusations d'ingérence russe dans les élections américaines.

Sergueï Skripal, ancien agent double russe qui vit désormais en Angleterre, a été victime début mars d'une tentative d'empoisonnement au "Novitchok", tout comme sa fille Loulia, à Salisbury dans le sud de l'Angleterre. Moins d'un mois après les échanges d'amabilités du sommet d'Helsinki entre Donald Trump et Vladimir Poutine, l'heure est de nouveau à la confrontation. Le second paquet de sanctions, prévu pour l'automne, pourrait prévoir des limitations importantes des importations et des exportations, la baisse du niveau des relations diplomatiques et l'interdiction des vols de la compagnie Aeroflot aux États-Unis.

"Les autorités de notre pays sont directement accusées d'avoir utilisé la substance neuroparalytique militaire Novitchok, bien que la partie britannique n'ait pu jusqu'à présent fournir aucune preuve de l'implication de la Russie" dans l'empoisonnement d'un ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia, en mars à Salisbury, en Angleterre, a souligné la porte-parole.

La Russie a promis jeudi des mesures de rétorsion aux nouvelles sanctions imposées par les Etats-Unis en lien avec l'empoisonnement à l'agent innervant Novitchok au Royaume-Uni, dénoncées par le Kremlin comme "inadmissibles", "inamicales" et "illégales".

Une Britannique de 44 ans, mère de trois enfants, est ensuite morte le 8 juillet après avoir été exposée à un poison contenu dans un flacon de parfum.

Londres a salué les nouvelles mesures américaines comme " un message univoque à la Russie, que son attitude impétueuse ne restera pas sans réponse ".

A Moscou, le ministère des Affaires étrangères a accusé Washington d'avoir "sciemment choisi le chemin de la confrontation dans les relations bilatérales qui sont déjà pratiquement réduites à zéro par ses propres efforts".

"Le Royaume-Uni se félicite de cette nouvelle décision de nos alliés américains", a déclaré un porte-parole du Foreign Office à Londres.

Après un premier décrochage de la monnaie russe mercredi, le dollar a dépassé 66 roubles jeudi matin pour la première fois depuis novembre 2016 et l'euro a franchi le seuil de 77 roubles, une première depuis avril dernier.

Les sanctions envisagées, qui portent sur l'exportation de certains produits technologiques, comme des appareils ou de l'équipement électroniques, pourraient coûter "des centaines de millions de dollars" à l'économie russe, a indiqué un responsable américain ayant requis l'anonymat. En cas de non respect de ces exigences, une deuxième salve de sanctions "draconiennes" serait décrétée.

Recommande: