Snapchat perd des millions d’utilisateurs à cause de son nouveau design

08 Août, 2018, 23:37 | Auteur: Aubrey Nash
  • Snapchat perd 3 millions d'utilisateurs quotidiens

Notamment après Facebook et Twitter, c'est au tour de Snap, la maison-mère de Snapchat, de publier ses résultats pour le deuxième trimestre. "Si Snapchat parvient à accroître le nombre d'utilisateurs au quotidien, l'avenir sera prometteur pour l'entreprise". C'est ce qu'indique la société dans ses derniers résultats trimestriels. Il a rappelé que les trois mois s'étendant de juillet à septembre étaient toujours les plus faibles pour Snap.

L'entreprise souffre de la concurrence d'Instagram, qui a copié une grande partie de ses fonctionnalités au cours des deux dernières années et affiche désormais plus du double d'utilisateurs quotidiens - 400 millions selon les derniers chiffres communiqués par la filiale de Facebook en juin.

L'une des raisons de ce recul avancées par Evan Spiegel repose sur le changement drastique du look de Snapchat, auquel auraient encore du mal à se faire les utilisateurs - un million d'entre eux avait signé une pétition en février 2018 pour demander le retour à l'ancien design. Face à la pression, la société est revenue sur certaines de ces modifications en avril.

La nouvelle version de Snapchat est toujours boudée par les utilisateurs. C'est 8 % de plus que l'an dernier à la même période.

Malgré ces mauvais chiffres, l'entreprise n'a été que légèrement sanctionnée dans les échanges à la clôture de la Bourse. L'entreprise américaine a aussi reçu un bol d'air sous la forme d'un investissement de 250 millions de dollars du prince saoudien Al-Walid ben Talal, qui rendu public mardi l'achat de 2,3% du capital du groupe. A 262 millions de dollars, il est supérieur de 5 % au consensus des analystes sondés par FactSet.

Paradoxalement, Snapchat obtient aujourd'hui des recettes plus élevées alors que son nombre d'utilisateurs est plus restreint. Simone Stolzoff, journaliste à Quartz, estime que la concurrence avec ses rivaux tels qu'Instagram et l'introduction du règlement général sur la protection des données de la part de l'Union Européenne sont aussi -et surtout- à prendre en compte.

La part de la publicité programmatique est ainsi passée de 18 % à 75 % du total en un an, la société misant de plus en plus sur les enchères et améliorant sa capacité de ciblage. Snap mène aussi une guerre des prix, avec une réduction de 52 % de ses tarifs en un an.

L'occasion pour l'application, de s'exporter au Moyen-Orient et de se faire connaître hors de ses terrains conquis, l'Europe et l'Amérique du Nord.

VIDEO. Réseaux sociaux: est-ce le début de la fin (de la croissance)?

Recommande: