Une avalanche de critiques contre Trump après sa rencontre avec Poutine

21 Juillet, 2018, 00:20 | Auteur: Lynn Cook
  • Le président américain pourrait rencontrer son homologue russe à Washington

Trois jours après le rendez-vous qui l'a mis en porte-à-faux avec les agences américaines de renseignement en raison de ses atermoiements sur l'ingérence russe dans la présidentielle, Donald Trump peine toujours à éteindre l'incendie.

"J'attends avec impatience notre deuxième rencontre pour que nous puissions commencer à mettre en place certaines des choses dont nous avons parlé", a-t-il ajouté, citant, pêle-mêle, la lutte contre le terrorisme, "la sécurité pour Israël", les cyberattaques, les échanges commerciaux, l'Ukraine, la paix au Proche-Orient ou encore la Corée du Nord.

Donald Trump souhaite "poursuivre le dialogue" avec Vladimir Poutine.

Alors que, jeudi, le Sénat américain s'apprêtait à se prononcer sur une résolution stipulant que le Congrès était opposé à ce que des responsables américains soient interrogés par la Russie, la Maison blanche a annoncé le rejet de la proposition de Vladimir Poutine.

Lors de la conférence de presse d'après rencontre Trump/Poutine, le président américain avait refusé de condamner Moscou pour l'ingérence supposée dans la campagne présidentielle américaine de 2016.

À Washington, Donald Trump demeure sous le feu de la critique à cause de ses déclarations au terme de son sommet avec Vladimir Poutine.

Donald. Trump "doit immédiatement renverser la vapeur", a de son côté estimé Anthony Scaramucci, un éphémère ancien directeur de la communication de la Maison Blanche.

Sa tournée a déclenché une avalanche de commentaires négatifs émanant de multiples élus et experts géopolitiques, allant de "surréaliste" à "traître" en passant par "embarrassant", "indéfendable", "irréfléchi", "antipatriotique" ou encore "honteux". Quand un journaliste a demandé à Trump, lors de la conférence de presse qui clôturait le sommet, s'il faisait davantage confiance au président russe qu'aux services secrets américains, l'intéressé a rétorqué: "J'ai confiance en les deux".

"Vladimir Poutine ne partage pas nos valeurs", a martelé Paul Ryan.

Recommande: