Brexit : May a menacé les députés frondeurs d'élections anticipées

21 Juillet, 2018, 05:05 | Auteur: Lynn Cook
  • Brexit : May a menacé les députés frondeurs d'élections anticipées

LONDRES, 18 juillet (Reuters) - La Première ministre britannique Theresa May a affiché mercredi sa volonté de maintenir le cap qu'elle a tracé pour le Brexit en dépit de l'hostilité de plus en plus vive que manifestent les adversaires de sa stratégie. "Nous avons encore le temps dans ces négociations", a-t-il affirmé, prônant une coupure nette avec l'UE alors que la Première ministre se dirige vers un Brexit "doux", qui maintiendrait des liens étroits avec l'UE.

Prise de court, Theresa May a insisté sur le fait qu'il fallait trouver un accord " viable " et que son livre blanc tant décrié depuis quelques jours était un compromis réaliste que l'Union européenne était déjà en train d'examiner.

L'ancien Premier ministre britannique Tony Blair ne mâche pas ses mots lorsqu'il détaille ce qu'il pense de la gestion du Brexit par le gouvernement.

Chef du gouvernement de 1997 à 2007, il compatit avec la Première ministre Theresa May, qui cherche à unir son gouvernement autour d'un plan pour quitter l'Union européenne, estimant qu'elle a " le job le moins enviable du monde politique occidental ".

Elle a une fois de plus assuré qu'elle "mettrait en oeuvre ce pour quoi les gens ont voté" et qu'elle se fixait pour objectif d'obtenir un accord avec Bruxelles. "Le problème, ce n'est pas que nous n'ayons pas réussi à faire valoir la nécessité d'un accord de libre-échange comme celui qui a été présenté à Lancaster House, c'est que nous n'avons même pas essayé", a-t-il déclaré au Parlement.

Londres et Bruxelles sont censés parvenir à un accord d'ici octobre, pour permettre aux parlements européens et britannique de le ratifier avant la concrétisation du Brexit, prévue le 29 mars 2019.

Recommande: