Kim Jong-un a écrit une lettre à Donald Trump

15 Juillet, 2018, 14:27 | Auteur: Lynn Cook
  • Trump publie une lettre de Kim et marque sa confiance sur le dossier nord-coréen

Pressé de dire si Kim Jong-un était un "dictateur impitoyable", Trump a répondu: "Bien sûr, il est impitoyable, mais d'autres le sont aussi".

Il y a un mois, Donald Trump rencontrait Kim Jong-un, une première entre un président américain en exercice et un héritier de la dynastie Kim. Il a alors rencontré Kim Yong Chol, le bras droit de Kim Jong-Un à Pyongyang. En attendant des gestes concrets.

Pour contrer tout soupçon de mésentente, le président américain a donc publié une lettre "très gentille" envoyée par Kim Jong-un: "On enregistre de grands progrès", assure Donald Trump.

Sur Twitter, M. Trump a décrit cette lettre datée du 6 juillet, rédigée en coréen et en anglais, comme une "note sympathique" de la part de M. Kim. "Cela devrait permettre, dit-il, une nouvelle rencontre après le sommet historique du 12 juin à Singapour".

Dans sa missive, le leader nord-coréen demande cependant à Donald Trump " des actions concrètes " pour renforcer leur confiance mutuelle.

"Je suis fermement convaincu qu'une volonté forte, des efforts sincères et l'approche unique que nous avons eue, moi-même et vous Excellence, afin d'ouvrir de nouvelles perspectives entre la RPDC (République populaire démocratique de Corée, ndlr) et les Etats-Unis seront fructueux", écrit Kim Jong Un. "Nous sommes tombés d'accord sur la dénucléarisation de la Corée du Nord", avait-il ajouté, une affirmation pourtant erronée: le texte signé le 12 juin n'évoque qu'un effort "vers" la dénucléarisation et non seulement de la Corée du Nord, mais de "la péninsule coréenne" -ce qui inclut de fait la Corée du Sud.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo s'est rendu en Corée du Nord les 6 et 7 juillet dernier pour avoir des garanties au sujet d'une "dénucléarisation complète". Mais les Nord-Coréens ont répliqué de façon virulente à ces propos diplomatiques, dénonçant "demandes unilatérales et avides" des Etats-Unis et leurs "méthodes de gangsters".

Mais les Nord-Coréen ne sont pas venus au rendez-vous à la frontière jeudi. Mais le président américain a tout de même choisi de la publier.

Les jours avant la visite de Mike Pompeo, sa troisième dans la capitale nord-coréenne, plusieurs médias avaient révélé que, selon le renseignement américain, les Nord-Coréens cherchaient toujours à dissimuler une partie de leur arsenal nucléaire.

Recommande: