Allocation chômage longue durée: le Sénat s'y oppose

15 Juillet, 2018, 17:06 | Auteur: Aubrey Nash
  • Pole emploi is a French governmental agency which registers unemployed people helps them find jobs and provides them with financial aid

L'amendement prévoit le versement d'une allocation chômage de longue durée, qui irait au-delà des 2 ans initialement prévus. Le nouveau système irait "au-delà" de cette limite de deux ans, "dans des modalités adaptées", a indiqué la ministre.

C'est sur ce dernier point que des changements de dernière minute ont été annoncés lundi par Emmanuel Macron devant le Congrès réuni à Versailles, alors que le président de la République a déclaré vouloir une nouvelle négociation des partenaires sociaux autour de l'assurance chômage.

Quant à Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, il a été clair: " si le gouvernement nous demande de rendre l'Assurance-chômage plus performante sans rogner sur les droits, cela se regarde; si c'est pour aller rogner les droits avec une lettre de cadrage du gouvernement qui, en fait, est déjà la conclusion de la négociation, cela ne marchera pas".

Le gouvernement va donc déposer un amendement qui prévoit que "les partenaires sociaux, dans le cadre de la convention d'assurance-chômage, puissent exprimer la volonté d'avoir une allocation-chômage de longue durée". Si à l'issue des deux ou trois années en question, la personne n'avait pas retrouvé d'emploi, elle ne percevait plus d'allocation-chômage, mais un autre dispositif, l'Allocation de Solidarité Spécifique (ASS).

Mais pourquoi maintenant? "Au moment même où l'emploi repart, où il y a beaucoup de perspectives et où on crée des emplois, il y a néanmoins un chômage de longue durée sur lequel les partenaires sociaux pourraient avoir envie de faire quelque chose ".

Muriel Pénicaud, la ministre du Travail a déposé ce mardi au Sénat, un amendement à son projet de loi réformant l'apprentissage et la formation professionnelle, afin d'ouvrir une négociation sur une nouvelle convention de l'UNEDIC. Emmanuel Macron aura l'occasion de préciser ses intentions mardi 17 juillet à l'Élysée où il a convié les chefs de file des organisations syndicales et patronales. Une nouvelle donne que les sénateurs n'ont pas apprécié montrant selon eux l'impréparation de l'exécutif et son manque de respect du processus parlementaire. "C'est un problème de forme, mais aussi de fond ". "Vous passez par pertes et profits des centaines d'heures de travail en commission et à l'Assemblée ".

Rappelons que la dernière convention d'Assurance-chômage, initialement en vigueur pour 3 ans depuis octobre 2017, a été signée en mars 2017.

Recommande: