Voyez le bébé Trump géant qui a survolé Londres

14 Juillet, 2018, 01:10 | Auteur: Lynn Cook
  • Royaume-Uni: Donald Trump arrive dans un contexte hostile

" Si [le Royaume-Uni] conclut un accord comme celui [proposé par Theresa May], les États-Unis traiteront à l'avenir avec l'Union européenne", a déclaré Donald Trump, estimant que ce scénario " tuerait " les chances d'un accord de libre-échange entre les deux pays.

Le tête-à-tête très attendu, qui sera suivi d'une conférence de presse commune, s'annonce particulièrement délicat pour le 45e président des Etats-Unis.

Un peu plus tard, pourtant, il a souligné avoir fait des "suggestions" à Mme May sur la façon d'aborder cet épineux dossier, laissant entendre qu'elles n'avaient pas été suivies. "May a gâché le Brexit.il n'y aura pas d'accord avec les Etats-Unis", prévient-il.

Affichant sa volonté de parvenir à un "formidable" accord d'échange bilatéral avec Londres, M. Trump s'est voulu optimiste: "nous voulons faire des échanges avec le Royaume-Uni, ils veulent en faire avec nous". Le locataire de la Maison-Blanche affirme avoir indiqué à Theresa May comment faire, mais elle n'a pas suivi ses conseils. "CNN est Fake news".

Pour protester contre la venue et les politiques de Donald Trump, des milliers de Britanniques se sont donnés rendez-vous dans les rues de Londres. sous un certain "Trump Baby".

"Où sont vos bonnes manières, Monsieur le président?", a tweeté le ministre de l'Éducation, Sam Gyimah, résumant la stupéfaction générale.

Dans l'interview, le président américain avait également jugé que Boris Johnson, ex-ministre des Affaires étrangères britannique qui a démissionné lundi et partisan d'un Brexit dur, ferait, selon lui, un "grand Premier ministre". Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ne sont pas seulement "les plus proches alliés, mais aussi les amis les plus chers", a-t-elle déclaré en accueillant le président américain.

En plus de porter une couche, le bébé Trump au visage orangé tient, dans ses toutes petites mains, un téléphone mobile pour pouvoir, à tout moment, manifester sa colère sur Twitter, le réseau social de prédilection du blond-président.

Dans l'après-midi, le président américain évitera toujours Londres puisqu'il sera reçu à Windsor par la reine Elizabeth II, avec son épouse, pour prendre le thé.

"Des manifestations sont en fait prévues à travers une cinquantaine de villes au Royaume-Uni, vendredi, pour dénoncer les positions de M. Trump en matière d'immigration, de relations raciales, de condition féminine et de lutte aux changements climatiques, entre autres".

M. Trump devait quitter Londres en fin de journée pour rejoindre l'Ecosse, où il doit passer deux jours dans son luxueux complexe hôtelier de Turnberry, qui compte trois terrains de golf.

"Nous avons été beaucoup plus fermes sur la Russie que quiconque", a dit pour sa part M. Trump.

"Ceci étant dit, si nous pouvons développer une relation" avec M. Poutine, "ce serait fantastique", a-t-il ajouté, quelques heures avant l'annonce à Washington d'une série d'inculpations d'agents russes.

Recommande: