L’Europe doit faire "très attention" avec l’immigration — Trump à l’Otan

14 Juillet, 2018, 03:32 | Auteur: Aubrey Nash
  • Sommet de l'OTAN avant de partir pour Bruxelles Trump rappelle son mécontentement

"L'Allemagne est un pays riche".

" Et franchement, peut-être que tout le monde aura une bonne relation avec la Russie, et alors il y aura beaucoup moins de problèmes avec le gazoduc", espère Donald Trump. "Nous avons besoin de nouvelles augmentations substantielles", a ensuite précisé le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg. "Mm" e Merkel a répondu, arguant que "l'Allemagne prend ses décisions de façon indépendante".

Peskov a réfuté la dépendance de l'Allemagne à l'égard de la Russie.

"Elle paie des milliards de dollars à la Russie pour ses approvisionnements en énergie et nous devons payer pour la protéger contre la Russie". Voyons comment cela va se passer.

Ce projet "est un exemple de pays européens qui fournissent des fonds à la Russie et lui donnent des moyens qui peuvent être utilisés contre la sécurité de la Pologne", a ainsi réagi le chef de la diplomatie polonaise, Jacek Czaputowicz, à son arrivée au siège de l'Otan.

"Si vous regardez, l'Allemagne est un captif de la Russie, parce qu'ils fournissent ― ils se sont débarrassés de leurs centrales à charbon, à se débarrasser de leurs nucléaire, ils ont donc beaucoup de pétrole et de gaz en provenance de Russie", at-il ajouté.

Alors qu'il est difficile d'augmenter les importations de Norvège et d'Afrique du nord, la hausse viendra " du gaz russe et du gaz naturel liquéfié " (GNL), souligne l'expert. Ils ont exporté 17,2 milliards de m3 en 2017, dont 2,2% par méthaniers vers les terminaux de l'Union européenne.

Ce sommet sera enfin l'occasion de rappeler l'importance de l'unité de l'Alliance au moment même où elle s'engage à un partage plus équilibré des charges et des responsabilités, grâce aux efforts produits par les Européens en matière de dépenses de défense, de développement capacitaire et d'engagements opérationnels.

Le Président américain ayant récemment qualifié son homologue russe de "ni ami, ni ennemi, mais un rival", le Kremlin a livré sa vision de la relation entre les deux hommes. Ce comportement exaspère sur le Vieux continent.

Crier très fort. Et puis dire que tout va mieux. Il lui a également rappelé que l'Europe avait été "la première à réagir" après les attentats du 11 septembre 2001 sur le sol américain. "(Les Alliés) ont accepté de payer plus et plus rapidement", a -t-il indiqué.

"Je suis très préoccupé par le gazoduc, je n'aime pas le gazoduc", a-t-il insisté jeudi. Une fois de plus, il a accusé l'Allemagne, symbole de réussite dans l'UE, de prospérer aux crochets du Pentagone et du contribuable américain. Donald Trump aime bien cibler les Allemands. En effet, Donald Trump semble enclin à une réintégration de la Russie au sein du G8, au grand dam des autres membres du G7 et...

Recommande: