Des divergences persistent sur les contributions financières — Sommet de l'OTAN

14 Juillet, 2018, 03:35 | Auteur: Aubrey Nash
  • Trump lors du sommet de l’OTAN Poutine n’est ni un ennemi ni un ami c’est un concurrent

Depuis l'élection de M. Trump, de l'argent frais est arrivé: 41 milliards de dollars supplémentaires pour les dépenses militaires des alliés, ce qui est substantiel.

Une quinzaine d'Etats membres, dont l'Allemagne, le Canada, l'Italie, la Belgique et l'Espagne, étaient sous les 1,4% du PIB en 2018. Ce qui a ulcéré le locataire de la Maison-Blanche. Et l'ancien chancelier allemand est le patron de l'entreprise de pipelines qui fournit le gaz. Au final, l'Allemagne va avoir 70% de son pays contrôlé par la Russie, avec du gaz naturel. "La sortie a été plutôt constructive puisque l'on a la réaffirmation très claire d'aller vers les 2% du PIB consacré à la défense" par pays, indique Camille Grand. Le président américain Donald Trump a réitéré qu'il ne permettrait pas que l'Europe " profite des Etats-Unis au détriment de leur intérêt ". "Vont-ils rembourser les États-Unis?" a tweeté le tempétueux président américain.

"L'Alliance est " très puissante " et " beaucoup plus qu'elle ne l'était voici deux jours ", a-t-il encore dit. "J'ai obtenu des progrès extraordinaires par rapport à mes prédécesseurs", a-t-il soutenu".

Depuis son arrivée au pouvoir en janvier 2017, Donald Trump multiplie les différends avec ses alliés.

"Je crois en l'Otan".

Un triste tableau. Le chef américain de l'Alliance atlantique qui traîne à dix pas derrière les Européens, en compagnie d'un réprouvé, le président truc Recep Tayyip Erdogan.

Mieux encore, les alliés discuteront de dépenses toujours plus élevées une fois qu'ils auront atteint la cible des 2 %, a assuré le président américain. "Nous y serons en 2025", soit un après le délai imparti, a réaffirmé hier la ministre des Armées Florence Parly".

La déclaration du sommet est en effet un réquisitoire contre la politique du président russe et toutes les décisions avalisées pendant le sommet visent à renforcer la capacité de dissuasion de l'Alliance pour contrer les actions de la Russie. Il doit ensuite tenir son premier sommet avec le président russe Vladimir Poutine, le 16 juillet à Helsinki, en Finlande.

Vladimir Poutine "n'est pas mon ennemi (.) En fin de compte, c'est un concurrent, il représente la Russie, je représente les États-Unis", a-t-il souligné.

L'objectif de financement militaire des pays membres fixé par l'OTAN est de 2 % du PIB par année d'ici 2024. Jens Stoltenberg a averti que " toute interférence " dans le processus d'adhésion engagé avec l'ancienne République yougoslave de Macédoine serait " inacceptable " pour l'OTAN.

La déclaration de Trump intervient dans un contexte marqué par les informations diffusées sur sa menace de se retirer de l'Organisation, en raison d'un différend sur les dépenses militaires. Le ministère russe des Affaires étrangères a également affirmé que l'Alliance atlantique cherchait à intégrer " de force " dans ses rangs la République de Macédoine, ce qui, selon lui, ne peut qu'accroître les tensions et les divisions en Europe.

Recommande: