Trump promet d'évoquer avec Poutine l'interférence russe dans la présidentielle

13 Juillet, 2018, 08:03 | Auteur: Aubrey Nash
  • Brendan Smialowski AFP | Donald Trump et sa femme Melania arrivent en Belgique le 10 juillet 2018

Fidèle à lui même, Donald Trump n'aura pas attendu l'arrivée de ses partenaires de l'OTAN pour mettre la pression, notamment en déclarant que Berlin était "totalement contrôlée par la Russie", en référence au Nordstream 2. Elle est prisonnière de la Russie parce qu'elle tire une grande partie de son énergie de la Russie.

Donald Trump avait eu des propos très différents et peu amènes pour l'Allemagne mercredi matin au cours d'un petit déjeuner de travail avec le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, avant l'ouverture officielle du sommet.

"En psychanalyse, on appelle cela une projection" ironise le journaliste de Die Zeit Joerg Lau, qui rappelle que "Donald Trump est l'homme en faveur duquel les services secrets russes sont intervenus massivement lors des élections américaines et qui est menacé d'une convocation par l'enquêteur spécial Robert Mueller en raison des liens de son entourage avec la Russie".

Le président américain n'a de cesse de réclamer aux Européens, et à l'Allemagne en particulier, d'accroître leurs dépenses militaires afin de respecter leur engagement de les porter à 2% de leur PIB en 2024.

Le chef de l'Otan n'a pas voulu commenter l'hypothèse d'une annulation à la demande de Donald Trump de l'exercice Trident Juncture prévu à l'automne en Norvège et annoncé comme le plus important jamais réalisé par l'Otan depuis la fin de la Guerre froide. C'est un point classique de sa position sur les dépenses au sein de l'Otan. Cette réunion à huis clos s'est ouverte dans "une ambiance générale plutôt bonne et constructive", a souligné l'Elysée. Ce qui a ulcéré le président américain, qui avait ensuite exigé, dans un tweet, que les Alliés portent leurs dépenses militaires à 2% "IMMEDIATEMENT".

Dès sa première déclaration publique, le chef de l'Etat a insisté sur la nécessité, pour tous les Etats membres de l'Alliance, d'atteindre les 2% du PIB pour les dépenses publiques dédiées à la sécurité et à la défense.

Jeudi, les alliés de l'Otan vont s'efforcer à Bruxelles de calmer l'atmosphère tendue de la veille en se concentrant sur l'élargissement à l'Est, source de tensions avec Moscou, et la question du soutien à l'Afghanistan.

"L'Allemagne est un pays riche". Désormais tout le monde commence à revoir sa contribution à la hausse. Le quartier de l'OTAN restera bouclé le temps de ces réunions. Donc nous sommes vraiment très contents, et nous avons une organisation de l'OTAN qui est très puissante et très forte.

Les dépenses militaires des Etats-Unis ont représenté en 2018 près de 70% des dépenses militaires totales de l'ensemble des 29 pays de l'Otan.

Ce mode de financement au prorata du PIB, le plus fréquemment utilisé dans le cadre des instances internationales, permet de financer les budgets civils (frais de fonctionnement de l'organisation), militaires, ainsi que sécuritaires.

Recommande: