Royaume-Uni : Donald Trump tacle Theresa May sur son projet de Brexit

13 Juillet, 2018, 13:57 | Auteur: Lynn Cook
  • Kevin Lamarque  Reuters     
             Les Américains à Londres appelés à

Donald Trump entame jeudi sa première visite officielle au Royaume-Uni, où il rencontrera la Première ministre Theresa May et la reine Elizabeth II, et qui portera en particulier sur les liens commerciaux avec Londres. "Le président américain Donald Trump doit s'entretenir ce vendredi avec Theresa May, après avoir torpillé dans la nuit le projet de la dirigeante britannique de relation commerciale avec l'Union européenne après le Brexit".

Donald Trump arrivera en début d'après-midi en provenance du sommet de l'Otan à Bruxelles où il a exigé que les Européens doublent leurs dépenses consacrées à la défense et s'en est pris avec une virulence inédite à la chancelière allemande Angela Merkel.

"S'ils font un tel accord, nous traiterions avec l'Union européenne au lieu de traiter avec le Royaume-Uni, cela tuera probablement l'accord" que Londres souhaite conclure avec Washington, avait prévenu le président américain dans une interview au Sun publiée tard jeudi.

Ce coup porté aux intentions de la Première ministre, déjà confrontée à la défection de plusieurs de ses ministres, n'est pas le premier.

Le plan que Theresa May a proposé à Bruxelles prévoit de maintenir des liens étroits avec l'UE à 27 en matière de commerce de biens, en instaurant une nouvelle " zone de libre-échange " qui reposerait sur un ensemble de règles communes concernant les biens et le secteur agro-alimentaire.

Ils risquent aussi d'affaiblir davantage la position de Mme May au sein de son Parti conservateur, alors que les récentes démissions du ministre des Affaires étrangères Boris Johnson et du Brexit David Davis, deux eurosceptiques, l'ont mise dans une situation délicate. Elle avait répliqué en disant que les propositions du gouvernement "répondent au vote des Britanniques".

Pourtant Theresa May a cherché à faire bonne figure en affirmant que les Etats-Unis et le Royaume-Uni ne sont pas seulement "les plus proches alliés, mais aussi les amis les plus chers " en accueillant le président américain et son épouse Melania, jeudi soir, pour un dîner au palais de Blenheim, résidence de campagne près d'Oxford.

Avant cela, le président visitera dans la matinée la prestigieuse académie royale militaire de Sandhurst avec Theresa May avant des discussions bilatérales à Chequers, la résidence de campagne des Premiers ministres britanniques, à 70 km au nord-ouest de Londres.

Après cette visite officielle, le couple présidentiel passera le week-end en privé en Écosse, où M. Trump possède deux golfs.

Lors des déplacements de Donald Trump, de nombreuses manifestations sont prévues.

La protestation la plus massive devrait rassembler des dizaines de milliers de personnes vendredi à Trafalgar Square, dans la capitale britannique. Outre le commerce, les échanges entre Donald Trump et Theresa May porteront sur le Proche-Orient et la Russie, alors que le milliardaire s'apprête à rencontrer pour la première fois le président russe Vladimir Poutine lors d'un sommet à Helsinki lundi. Un ballon géant représentant Trump en couche-culotte, dont le déploiement a été autorisé par le maire de Londres Sadiq Khan, flottera aussi dans le ciel près du Parlement.

Les démonstrations de mécontentement contre le président américain ont démarré dès jeudi, avec un rassemblement devant la résidence de l'ambassadeur américain à Londres. " ont scandé en coeur les quelques centaines de manifestants rassemblés devant les grilles de Winfield House, située dans Regent's Park".

Recommande: