Mort de Naomi Musenga: l'opératrice visée par une information judiciaire

13 Juillet, 2018, 06:54 | Auteur: Jonathan Ford
  • La prise régulière de paracétamol peut être dangereuse pour la sant

Le procureur a par ailleurs détaillé que "la destruction évolutive des cellules de son foie a emporté défaillance de l'ensemble de ses organes conduisant rapidement à son décès".

La justice française va ouvrir une information judiciaire pour "non-assistance à personne en péril" après le décès d'une jeune femme dans l'est du pays, moquée par les secours d'urgence alors qu'elle avait cherché de l'aide auprès d'eux.

C'est ce qu'avaient réclamé les parents de la jeune femme décédée fin décembre à Strasbourg après un appel au Samu traité avec mépris. Une diffusion d'un document sonore sur la conversation entre elles a été faite sur les réseaux sociaux.

La procureure a reçu mardi la famille de Naomi Musenga afin de lui présenter les conclusions de l'enquête et "répondre à leurs interrogations et incompréhensions bien légitimes dans ce contexte particulièrement douloureux".

Le parquet de Strasbourg a ouvert une information judiciaire après le décès de Naomi Musenga, négligée par les services du Samu en décembre. Reçus mercredi soir par la ministre de la Santé Agnès Buzyn, à Paris, avec d'autres membres de la famille et leurs conseils, ils se sont dits "soulagés". Les dysfonctionnements soulevés par l'Igas avaient entraîné "un retard global de prise en charge de près de 2h20" de la jeune mère de famille, décédée finalement à l'hôpital plusieurs heures après son premier appel aux urgences. Elle vise notamment la régulatrice du Samu mise en cause dans cette affaire ainsi que les hôpitaux universitaires de Strasbourg.

Le parquet de Strasbourg avait déjà ouvert une enquête préliminaire le 9 mai dernier. Les avocats de la famille n'étaient pas joignables lors de la réception du communiqué.

Recommande: