Donald Trump tacle Theresa May et douche l'espoir d'accord commercial

13 Juillet, 2018, 10:37 | Auteur: Lynn Cook
  • Le Royaume Uni dans

"S'ils font un tel accord, nous traiterions avec l'Union européenne au lieu de traiter avec le Royaume-Uni", a lancé Donald Trump dans un entretien au tabloïd The Sun.

L'interview de Donald Trump au Sun survient alors que le Royaume-Uni lui a déroulé le tapis rouge dans l'espoir de conclure un accord de libre-échange avec les États-Unis, raconte notamment l'Evening Standard.

"S'ils concluent un accord comme celui-ci, nous traiterons avec l'Union européenne plutôt qu'avec le Royaume-Uni, ce qui va probablement tuer l'accord", a déclaré le président des États-Unis qui a également regretté que la Première ministre britannique ait ignoré ses conseils sur la façon de quitter l'UE.

Pourtant Theresa May a cherché à faire bonne figure en affirmant que les Etats-Unis et le Royaume-Uni ne sont pas seulement "les plus proches alliés, mais aussi les amis les plus chers " en accueillant le président américain et son épouse Melania, jeudi soir, pour un dîner au palais de Blenheim, résidence de campagne près d'Oxford. Sur place il a été reçu avec les honneurs par Theresa May qui en a profité pour lancer la perche d'un probable accord bilatéral entre les USA et le Royaume-Uni, au moment où le pays se prépare à quitter l'Union européenne.

C'est une claque pour la cheffe de l'exécutif qui tente de rassoir son autorité sur son parti conservateur divisé sur le Brexit.

A son arrivée en Grande-Bretagne, il a même suggéré que l'ancien secrétaire aux Affaires étrangères, Boris Johnson, un des démissionnaires après la présentation du projet May, ferait un grand Premier ministre.

"Le président Trump est en train de passer au bulldozer l'affirmation du gouvernement britannique selon laquelle le compromis trouvé sur le Brexit va permettre d'obtenir à la fois des accords commerciaux décents avec le reste du monde" tout en maintenant les liens avec l'UE, estime la journaliste Laura Kuenssberg dans une analyse publiée sur le site de la BBC.

De nombreuses manifestations anti-Trump ponctueront la visite du président américain, la plus massive devant rassembler des dizaines de milliers de personnes ce vendredi à Trafalgar Square, dans la capitale britannique. Un ballon géant représentant Trump en couche-culotte, dont le déploiement a été autorisé par le maire de Londres Sadiq Khan, flottera aussi dans le ciel près du Parlement.

Quelques heures après son atterrissage à Londres, Donald Trump a été accueilli par les huées de quelques centaines de personnes opposées à sa venue, devant Winfield House, résidence de l'ambassadeur des Etats-Unis dans Regent's Park, où le couple présidentiel passera sa première nuit.

"Cette protestation n'est pas anti-américaine, loin de là".

"Mais avoir une relation spéciale signifie que nous attendons l'un de l'autre les valeurs les plus élevées, et cela implique aussi de dire quand les valeurs qui nous sont chères sont menacées", a ajouté l'élu travailliste, qui a eu des échanges envenimés avec M. Trump depuis l'arrivée au pouvoir de ce dernier.

Avant cela, le président visitera dans la matinée la prestigieuse académie royale militaire de Sandhurst avec Theresa May avant des discussions bilatérales à Chequers, la résidence de campagne des Premiers ministres britanniques, à 70 km au nord-ouest de Londres.

Outre le commerce, les échanges porteront sur le Brexit, la Russie et le Proche-Orient.

Après cette visite officielle, le couple présidentiel passera le week-end en privé en Écosse, où M. Trump possède deux golfs.

Recommande: