Plus de 18000 fonctionnaires limogés par un nouveau décret-loi — Turquie

12 Juillet, 2018, 00:02 | Auteur: Sue Barrett
  • Aujourd’hui
Superdogan entamera sa
superprésidence

Le Président Erdogan a prêté serment au Parlement, avant de se rendre au mausolée du fondateur de la République turque, Mustafa Kemal Ataturk.

La réélection de Recep Tayyip Erdogan constitue une nouvelle ère pour la Turquie dont la vie politique connaîtra au changement majeur avec le passage du régime parlementaire vers celui du système présidentiel, aux termes d'une révision constitutionnelle adoptée par référendum en avril 2017.

Répondant aux critiques de l'opposition sur l'ampleur de ses pouvoirs, M. Erdogan répète que le nouveau système est un gage d'efficacité pour relever les défis auxquels fait face la Turquie.

Erdogan a exprimé ses remerciements au Roi pour la participation du Maroc à la cérémonie de son investiture, faisant part à cette occasion de ses salutations et sa considération au Souverain ainsi que sa fierté des bonnes relations unissant les 2 pays.

Ce nouveau gouvernement a également vu le commandant de l'armée de terre en Turquie, le général Yasar Güler, être nommé chef d'état-major mardi pour succéder au général Hulusi Akar, promu au poste de ministre de la Défense. Pour certains l'alliance avec le MHP pourrait conduire à un durcissement de la politique menée par Erdogan, notamment sur la question kurde.

Au pouvoir depuis 2003, d'abord comme Premier ministre puis comme Président, Erdogan voit désormais ses prérogatives élargies par une réforme constitutionnelle qui fait entrer la Turquie dans une nouvelle ère.

Marié à la fille aînée de M. Erdogan, Esra, M. Albayrak, 40 ans, qui occupait depuis 2015 le poste clé de ministre de l'Energie, a connu ces dernières années une irrésistible ascension. Sa nomination aux Finances survient dans un contexte économique difficile avec une inflation élevée, une forte dévaluation de la monnaie et un important déficit des comptes courants, en dépit d'une croissance solide. "En d'autres mots, la Turquie sera une autocratie institutionnalisée", estime Marc Pierini chercheur à l'institut Carnegie Europe. Le technocrate avait par le passé dirigé l'Agence turque de gestion des situations d'urgence (Afad).

Recommande: