Mike Pompeo à Pyongyang

12 Juillet, 2018, 00:18 | Auteur: Lynn Cook
  • Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo reçu par le président nord-coréen Kim Jong-un le 9 mai 2018.                  KCNA VIA KNS  AFP

Il venait de quitter Pyongyang pour Tokyo quand le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a critiqué l'attitude "extrêmement regrettable" des États-Unis pendant les discussions.

Mike Pompeo a entamé ce samedi une deuxième journée de pourparler avec Kim Yong-chol, le bras droit de Kim Jong-un, à Pyongyang. M. Pompeo a réaffirmé hier à Tokyo que les sanctions en vigueur contre Pyongyang seraient maintenues jusqu'à la "dénucléarisation complète et totalement vérifiable" de la Corée du Nord. "Ce sont des questions complexes mais nous avons réalisé des progrès sur presque toutes les questions centrales, sur certaines beaucoup de progrès, sur d'autres il y a encore du travail à faire ", a-t-il dit aux journalistes. Mike Pompeo a réitéré la promesse de Donald Trump, qui s'est engagé à offrir "un avenir meilleur à la Corée du Nord" en échange de sa dénucléarisation complète.

"Je tente toujours de comprendre jusqu'à quel point la question des droits de l'Homme a été soulevée à Singapour" par le président Donald Trump, a ajouté l'avocat argentin. Je sais que mon homologue a aussi parlé avec le président Kim pendant les négoications.

Le président américain émet par ailleurs des doutes sur l'attitude de Pékin dans les négociations en cours, laissant entendre que le géant asiatique pourrait jouer un rôle contre-productif en raison, selon lui, des tensions avec Washington sur les échanges commerciaux.

Heather Nauert a indiqué que Pomepo a discuté avec les responsables nord-coréens, de l'affaire du rapatriement des dépouilles de milliers de soldats américains qui ont péri pendant la guerre de 1950, en plus de la question de la dénucléarisation. Nommé secrétaire d'État, il est resté l'interlocuteur clé des négociations après que le processus fut devenu public. Selon le régime, la partie américaine a violé l'esprit de l'accord conclu le 12 juin à Singapour. Il a également réaffirmé que les sanctions punissant Pyongyang pour ses programmes balistique et nucléaire resteraient en place jusqu'à la dénucléarisation "finale".

Mais le communiqué de MM. Il avait dans sa poche un petit cadeau pour Kim Jong-un, préparé spécialement par Donald Trump en personne: une copie du CD "Rocket Man" d'Elton John. Au lieu de cela, a dit le porte-parole de Pyongyang, les deux parties devraient adopter une série de mesures simultanées, comme "raccourci" censé déboucher sur une péninsule coréenne dénucléarisée.

Une formulation vague qui a déçu les attentes d'experts, d'autant qu'elle ne fait pas mention de la nécessité que ce processus soit aussi "vérifiable et irréversible", comme le réclamaient les Etats-Unis.

Pompeo s'est montré serein, bien que la Corée du Nord ait qualifié samedi soir de méthodes de "gangster" la façon dont les Etats-Unis négocient le désarmement nucléaire.

Recommande: