Sept garçons ont pu être sauvés de la grotte inondée — Thaïlande

10 Juillet, 2018, 16:54 | Auteur: Jonathan Ford
  • Edition numérique des abonnés

Les sauveteurs ont réussi ce lundi à extraire un cinquième, puis un sixième et un septième adolescent de la grotte en partie inondée, alors que six jeunes autres footballeurs et leur entraîneur sont encore pris au piège.

Les autorités avaient d'abord indiqué que le sauvetage de l'Équipe prendrait jusqu'à quatre jours, mais le succès de l'opération de dimanche leur a donné l'espoir d'y parvenir encore plus rapidement.

Dimanche, quatre garçons ont revu la lumière du jour, grâce à des plongeurs expérimentés qui les ont guidés le long d'un parcours tortueux, marqué par des portions inondées et étroites, en particulier un passage très difficile à franchir dans lequel il faut se faufiler et qui est le cauchemar de la cellule de crise. "Les 12 Sangliers sauvages et leur entraîneur ont été extraits de la grotte", ont annoncé les commandos de marine thaïlandais, au coeur de l'opération de secours, sur leur page Facebook.

La mission avait alors mobilisé 13 plongeurs étrangers et cinq membres de la marine thaïlandaise.

Toute la Thaïlande est suspendue à cette saga qui dure depuis le 23 juin.

Le drame passionne aussi à l'étranger - les médias internationaux ont envoyé des centaines de journalistes sur place. Émaciés mais en vie, ils étaient perchés sur un promontoire, à plus de quatre kilomètres de l'entrée de la grotte. Dans la nuit, de fortes pluies ont détrempé la grotte de Tham Luang, située dans la province de Chiang Rai, ce qui augmente le danger dans cette "guerre contre l'eau et la montre" pour sauver les garçons de l'équipe de football des "Wild Boars" ("Sangliers sauvages"). Lundi, un deuxième groupe de quatre rescapés leur a emboîté le pas.

"Les médecins envisagent de permettre aux familles de leur rendre visite, mais séparés par une vitre", a-t-il dit. Entre-temps, les équipes de plongeurs ont dû se reposer et replacer des bouteilles d'oxygène le long du parcours, d'où l'intervalle entre les deux évacuations. Outre les embûches le long du parcours de plongée, la situation est compliquée par le fait qu'une bonne partie des enfants ne savent pas nager ou utiliser du matériel de plongée. L'entrepreneur a ensuite renouvelé sur Twitter sa proposition de sous-marin miniature pour sortir les cinq derniers jeunes des entrailles de la grotte, où ils ont désormais passé 17 nuits. Mais la mort d'un ancien plongeur de la marine thaïlandaise lors d'une opération de ravitaillement, rapportée par l'AFP, souligne la dangerosité du site.

Les huit sortis dimanche et lundi, hospitalisés, sont "en bonne santé", a déclaré Jesada Chokedamrongsuk, responsable du ministère thaïlandais de la Santé publique, devant des journalistes à l'hôpital de Chiang Rai. Les garçons se sont trouvés piégés par la montée des eaux dans ce réseau situé à la frontière avec la Birmanie et le Laos.

Après cette découverte, les sauveteurs ont désespérément passé en revue toutes les solutions possibles, percer des tunnels dans la montagne ou attendre sous terre pendant des semaines la fin de la mousson.

La pluie de mousson menaçant d'inonder ce réseau souterrain complexe, long d'une dizaine de kilomètres, constitue le principal défi pour les sauveteurs, qui redoutent de nouvelles précipitations avant la sortie de tout le groupe.

Recommande: