Sanofi suspend la production de son usine — Mourenx

10 Juillet, 2018, 17:25 | Auteur: Aubrey Nash
  • UIG via Getty Images     
             Dépakine l'usine Sanofi qui produit le médicament pollue plus de 190.000 fois au dessus de la norme autorisée

"Sanofi a annoncé lundi 9 juillet dans la soirée l'arrêt immédiat de la production de son usine chimique de Mourenx (Pyrénées-Atlantiques), devant le tollé suscité par des informations de presse sur ses émissions hors norme de rejets toxiques".

Située dans le bassin industriel de Lacq, l'usine de Mourenx est autorisée à rejeter dans l'air cinq composés organiques volatils (bromopropane, toluène, isopropanol, valéonitrile et propène) dans la limite globale de 110 mg/m3. Or "ces rejets localisés se sont révélés supérieurs aux concentrations autorisées par l'arrêté préfectoral d'exploitation applicable au site", reconnaissait Sanofi.

Ce solvant, inodore et incolore, est classé comme cancérigène mutagène, avec des effets susceptibles d'altérer la fécondité. Les associations demandent à ce que des instances plus indépendantes en juge. Mais "l'écart le plus significatif porte sur le bromopropane pour lequel une limite spécifique de 2mg/ms'applique", précise le rapport de la Dreal, que Marianne a pu consulter.

Ces dépassements des rejets polluants seraient permis par l'absence de contrôles rigoureux de l'usine de Mourenx par Sanofi.

Un nouveau chapitre s'ouvre dans l'affaire Dépakine.

Sanofi n'en a peut-être pas fini avec le scandale de la Dépakine, ce médicament anti-épileptique accusé d'avoir provoqué des malformations et des retards de développements chez des milliers d'enfants. Le médicament en lui-même est également vivement critiqué puisque "l'Assurance maladie et l'Agence du médicament (ANSM) ont compté jusqu'à 30 000 enfants victimes de troubles mentaux et de développement", rappelle le site d'information.

Par ailleurs, le groupe pharmaceutique assure avoir diligenté une étude d'impact sanitaire "auprès d'un organisme indépendant", "qui a conclu que les populations ne sont pas exposées à des niveaux supérieurs aux seuils fixés par la réglementation française".

" Un plan d'actions a immédiatement été engagé par le site qui a mis en place une unité de collecte et de traitement des rejets afin de les réduire significativement".

Dans un premier temps lundi, Sanofi avait temporisé le problème. "Cette unité est en cours de démarrage". Il n'y aura pas de chômage technique, et la production devrait reprendre mi-août, indique Sanofi.

Recommande: