Quatre adultes et un enfant tués dans un incendie — Pau

10 Juillet, 2018, 18:08 | Auteur: Lynn Cook
  • Incendie à Pau

Selon les voisins, trois personnes vivaient dans l'appartement, un couple et leur enfant de deux ans.

Les pompiers ont été alertés par une personne "qui ne pouvait pas ouvrir la porte de l'appartement" et "s'inquiétait car elle voyait du sang couler sur le rebord d'une des fenêtres de l'appartement", ont précisé les pompiers. "C'est choquant. Elle m'avait dit qu'elle était mutée ailleurs, qu'elle devait partir à la fin de l'année parce qu'elle était professeure et qu'elle ne voulait pas partir, qu'elle se sentait bien ici et qu'elle allait le regretter".

Lors de l'évacuation, "j'ai vu des filaments de sang qui coulaient côté rue", a ajouté la voisine interrogée par l'AFP.

La piste d'un drame familial est désormais privilégiée. La Rep indique également que l'appartement où a eu lieu le drame était celui d'une famille d'Espagnols. Selon la même source, "lorsque nous sommes arrivés dans l'appartement, un canapé se consumait".

Les parents de la jeune femme, des Espagnols de Saragosse (nord-est de l'Espagne), étaient venus leur rendre visite à Pau. "Il y a des traces de violences sur un couple et l'épouse de l'autre", a-t-il précisé. Aucune violence n'a été relevée sur l'enfant qui pourrait avoir été intoxiqué par les fumées de l'incendie. "Il s'agit de deux couples et d'un enfant".

Le feu, qui a mobilisé une vingtaine de pompiers, a été "rapidement maîtrisé". "Une grosse dispute a éclaté à 5h du matin, j'ai entendu des cris d'enfants", a témoigné cette voisine. "Il semblerait qu'il y avait un différend familial qui a tourné au massacre", a résumé auprès de l'AFP Jean-Paul Brin, le premier adjoint à la mairie de Pau. Les enquêteurs de la police judiciaire, qui a été saisie de l'enquête, cherchaient toujours à identifier les victimes, qui seraient toutes d'origine espagnole, sauf le père de l'enfant, selon une voisine. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: