Otan : Trump tire sur ses alliés

10 Juillet, 2018, 17:49 | Auteur: Lynn Cook
  • BELGAIMAGE-137716099

"C'est nécessaire parce que nous vivons dans un monde imprévisible", a-t-il ajouté.

Pour les États-Unis, qui supportent près de 70 % des dépenses militaires de l'Otan, les pays européens et le Canada ne dépensent pas assez pour leur propre défense.

On attend 55 délégations et 29 chefs d'Etat ou de gouvernement, dont le président américain Donald Trump, attendu dès mardi soir à Melsbroek à bord d'"Air Force One", un VC-25A, version fortement modifiée du Boeing 747. "Non!" a-t-il écrit. "(Ce n'est) pas juste pour le contribuable américain", a-t-il tweeté. Par la suite, il avait été révélé que les conseillers à la sécurité nationale du Président américain lui avaient d'abord demandé de ne pas appeler Moscou, et plus tard de ne pas adresser ses félicitations à Vladimir Poutine lors de sa réélection à la tête de la Russie.

De nouveaux chiffres publiés mardi semblent confirmer l'argumentation du président américain, sept pays seulement -le Royaume-Uni, la Grèce, la Lettonie, l'Estonie, la Pologne, la Lituanie et la Roumanie- devant atteindre en 2018 l'objectif de 2% du PIB en dehors des États-Unis.

M. Tusk a fait cette déclaration lors de la signature d'une nouvelle déclaration marquant le renforcement de la coopération entre l'Otan et l'Union européenne aux côtés du secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg, et du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

"Des progrès considérables ont été accomplis, mais le chemin est encore long et il faut redoubler les efforts", a insisté M. Stoltenberg.

Reste à savoir si cette position suffira à convaincre Donald Trump qui, en l'espace d'un an, a multiplié les décisions unilatérales, de sa sortie de l'accord de Paris sur le climat et de l'accord sur le nucléaire iranien à l'imposition de droits de douane sur l'acier et l'aluminium importés de l'Union européenne.

"J'espère que vous ne doutez pas qu'il s'agisse d'un investissement dans notre sécurité, ce qui ne peut pas être dit avec la même assurance au sujet des dépenses russes et chinoises", a lâché le dirigeant polonais.

Dans le même tweet lundi, il a également évoqué les différends commerciaux qui l'opposent aux Européens. "Le sommet de l'Otan doit être l'occasion de le prouver", à une semaine d'une rencontre à Helsinki entre Donald Trump et son homologue russe Vladimir Poutine, farouchement hostile à l'Otan.

L'avion du président américain, qui voyage accompagné de son épouse Melania, doit atterrir dans la soirée (vers 19H30 GMT) en Belgique. Ma première réunion (prévue sera) l'Otan.

Au total, quelque 2.400 policiers et un millier de militaires seront mobilisés pour assurer la sécurité et les aspects logistiques du sommet, selon le Premier ministre Charles Michel.

Recommande: