La police britannique ne peut exclure d'autre victime — Novitchok

10 Juillet, 2018, 17:56 | Auteur: Lynn Cook
  • Royaume-Uni décès de la Britannique contaminée au Novitchok à Salisbury

Scotland Yard a précisé que l'homme âgé de 45 ans qui avait été hospitalisé le même jour que Dawn Sturgess à Salisbury après avoir été lui aussi contaminé au Novitchok était toujours dans un état critique.

"Mes pensées et mes condoléances vont à sa famille et à ses proches", a-t-elle indiqué se disant horrifiée et choquée.

La victime, Dawn Sturgess, était âgée de 44 ans. "Le gouvernement apporte tout son soutien à la population locale, confrontée à cette tragédie".

" Je suis heureux de confirmer que l'agent de police qui a demandé des avis médicaux par précaution à l'hôpital du district de Salisbury dans le cadre de l'incident d'Amesbury a été évalué et a reçu le feu vert " pour quitter l'hôpital, a déclaré la police du Wiltshire sur Twitter. Un de ses amis a affirmé à l'AFP qu'il s'agissait de Charlie Rowley et qu'il était en couple avec Dawn Sturgess.

"Nous essayons d'identifier tout récipient pouvant avoir contenu le poison" et que le couple aurait pu ramasser, a-t-il dit, précisant que la police avait retracé tous leurs mouvements les 29 et 30 juin, date à laquelle ils ont été hospitalisés. Le ministre de l'Intérieur, Sajid Javid, a déclaré que "cette très triste nouvelle ne fait que renforcer notre détermination à découvrir ce qui s'est exactement passé".

Selon un des hypothèses, Dawn ou Charlie auraient "ramassé le contenant utilisé pour stocker l'agent neurotoxique utilisé contre les Skripal".

Amesbury est une ville voisine de Salisbury, où, le 4 mars dernier, l'ex-agent double Sergueï Skripal et sa fille avaient été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial. La police n'a pas pu établir si le Novitchok provenait du même lot dans les deux cas.

Ioulia et Sergueï Skripal avaient pu sortir de l'hôpital après plusieurs semaines de soins lourds, tout comme Nick Bailey, le premier policier qui leur avait porté secours.

"La nuit dernière, l'agence de santé publique a souligné que le risque pour le public restait faible à ce stade", a ajouté M. Basu, dont le service au sein de Scotland Yard a pris la direction de l'enquête, tout en reconnaissant l'inquiétude légitime des personnes habitants la zone.

Le gouvernement britannique a accusé Moscou d'être responsable de l'empoisonnement des Skripal, mais la Russie a démenti toute implication et a qualifié l'affaire de manipulation antirusse.

Le Kremlin juge qu'il serait "absurde" d'accuser la Russie de la mort de la Britannique; et ce quatre mois après la crise diplomatique entre les deux pays déclenchée par l'empoisonnement d'un ancien espion russe et de sa fille.

Recommande: