Brexit: démission du ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson

10 Juillet, 2018, 17:51 | Auteur: Lynn Cook
  • Le ministre chargé du Brexit David Davis à la sortie du 10 Downing Street à Londres le 12 juin 2018

Trois démissions, dont celles de deux poids lourds du gouvernement dirigé par Theresa May en l'espace de quelques heures, en l'occurrence David Davis, ministre en charge du Brexit, et le controversé chef de la diplomatie britannique, Boris Johnson, personnalité clé du clan pro-Brexit au sein des Tories.

La Première ministre Theresa May se retrouve sous pression, alors que deux ministres de haut rang ont claqué la porte en moins de vingt-quatre heures. Car Theresa May est réaliste: 55 % des échanges commerciaux britanniques se font avec les autres pays de l'UE et 80 % de ce que consomment les Britanniques est importé. Mais la menace d'un vote de défiance plane. Il faudrait ensuite le vote de 159 députés conservateurs -sur 316 - pour faire tomber la cheffe du gouvernement, ce qui n'est pas gagné.

"Malgré le brouhaha, l'arithmétique au Parlement n'a pas changé".

Pour le chef de file du Parti travailliste, le gouvernement May est en crise et l'avenir du Brexit est plus que jamais dans le flou. Sa démission a été saluée par une partie de la classe politique britannique. "Ce rêve est en train de mourir, étouffé par un déficit injustifié de confiance en nous", poursuit-il, dénonçant un "demi-Brexit" qui conduira selon lui la Grande-Bretagne au statut de "colonie" de l'UE. Il estime que le camp britannique ne se montre pas assez dur lors des négociations avec Bruxelles. "Préparez vous à une sortie sans accord", prévient Nick Timothy, ancien conseiller de Theresa May dans les colonnes du Sun. Aux Affaires étrangères, il est remplacé par le ministre de la Santé Jeremy Hunt, lui-même remplacé par le ministre de la Culture Matt Hancock.

Elle a défendu sa propre stratégie tout en signalant qu'elle était prête à accélérer les préparatifs en vue d'une sortie sans accord si l'UE refuse de discuter "sérieusement" ses propositions, qui sont pour elle les meilleures envisageables.

Peu avant ces interventions, Boris Johnson, symbole des "Brexiters", avait lui aussi démissionné. "BoJo" a aussi déserté le sommet des ministre des Affaires étrangères des Balkans organisé lundi et mardi à Londres. Pourquoi a-t-il endossé, vendredi soir, le compromis truffé de concessions à l'UE adopté par le gouvernement à l'issue du séminaire gouvernemental de Chequers, pour rendre son tablier trois jours plus tard?

David Davis a été remplacé lundi par l'eurosceptique Dominic Raab, 44 ans, qui était jusqu'ici secrétaire d'Etat chargé du Logement après avoir occupé le poste de secrétaire d'Etat à la Justice dans le gouvernement May.

Recommande: