Des millions de litres de rosé espagnol vendus pour du vin français

09 Juillet, 2018, 16:38 | Auteur: Aubrey Nash
  • Des millions de litres de rosé espagnol vendu pour du vin français

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) publie les résultats d'une enquête menée en 2016 et 2017. "10 millions de bouteilles Alexandre Chevallier, directeur de cabinet adjoint de la DGCCRF, a expliqué au " Parisien " que " ces cas de francisation concernent plus de 70 000 hectolitres de vin ". En tout, c'est près de dix millions de fausses bouteilles de rosé français qui ont été découvertes.

Selon les établissements, les quantités de vin présentées frauduleusement allaient de 2000 à 34 500 hectolitres. Seulement voilà, derrière le comptoir, il est fort possible que le gérant ait rempli votre verre d'un vin espagnol.

Drapeau bleu-blanc-rouge sur la bouteille, dessin d'un château de vin, indication "mis en bouteille en France" sur le devant et l'origine en tout petit au dos. toutes les techniques sont bonnes pour faire croire à un vin français. 22% des établissements contrôlés présentaient une anomalie d'étiquetage, précise le journal.

Les enquêteurs ont également constaté parmi les manquements "l'absence de mention d'origine du vin sur la carte des vins alors que la confusion est entretenue par l'utilisation de dénominations commerciales à consonance française", mais aussi "des francisations volontaires de l'origine", alors qu'il s'agissait de vin d'Espagne. Une tromperie qui peut rapporter gros, puisqu'en 2016 le rosé en vrac espagnol se vendait à 0,34 euros/litre pour 0,75 à 0,90 euros/litre pour le rosé français, selon le quotidien.

"J'ai demandé à la DGCCRF (.) de poursuivre ses contrôles dans le secteur de manière régulière", a assuré Mme Delphine Gény-Stephann, secrétaire d'Etat à l'Economie, rappelant que la France est le deuxième producteur mondial de vin.

Des injonctions de mises en conformité, des procès-verbaux et des procédures pénales pour tromperie ont été lancés par la DGCCRF, qui précise que si "des manquements graves" ont été relevés, "pouvant porter sur de grands volumes", "les contrôles ont montré que la réglementation était correctement appliquée dans la majorité des cas".

Recommande: