Trump envoie son ministre pour obtenir des engagements — Corée du Nord

08 Juillet, 2018, 01:06 | Auteur: Lynn Cook

Le secrétaire d'État américain doit obtenir du régime communiste des engagements plus précis sur "la dénucléarisation de la péninsule" annoncée sans plus de précisions lors de la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un.

Après le départ de M. Pompeo vers Tokyo, le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a jugé que l'attitude "extrémement regrettable" des États-Unis pendant les discussions avait violé l'esprit de l'accord conclu le 12 juin à Singapour entre les dirigeants américain Donald Trump et nord-coréen Kim Jong-un.

En privé, les diplomates américains estiment que la réaction nord-coréenne est une tactique de négociation.

Arrivé vendredi à Pyongyang pour sa troisième visite en Corée du Nord, le secrétaire d'Etat américain a eu plus de huit heures de pourparlers avec Kim Yong-chol.

" Ce sont des questions complexes, mais nous avons réalisé des progrès sur presque toutes les questions centrales, sur certaines beaucoup de progrès, sur d'autres il y a encore du travail à faire, " a-t-il dit, après deux jours de discussions à Pyongyang.

Le chef de la diplomatie américaine a également annoncé que les deux parties se retrouveraient le 12 juillet pour parler du rapatriement des restes des soldats américains portés disparus pendant la guerre de Corée (1950-53). Le président Trump souhaite vivement que le dossier de la dénucléarisation nord-coréenne connaisse quelques avancées.

Il a mentionné que des progrès avaient été faits sur les "modalités " de la destruction par la Corée du Nord d'un site de missiles. Le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a diffusé un communiqué où il a exprimé son extrême regret par le fait que les États-Unis "n'ont pas abordé les questions fondamentales nécessaires pour améliorer les relations" entre les pays.

" Le travail que nous accomplissons sur la voie de la dénucléarisation complète, en établissant une relation entre nos deux pays, est vital pour une Corée du Nord plus radieuse et le succès que nos deux présidents exigent de nous", a continué le secrétaire d'État.

Samedi matin, M. Pompeo avait quitté la résidence pour se rendre dans un lieu où il a pu passer un appel sécurisé à Donald Trump, loin d'une potentielle surveillance nord-coréenne, avant de reprendre vers 09h00 (00h00 GMT) les pourparlers.

Dans la soirée de vendredi, accompagné de hauts fonctionnaires du département d'État et de la CIA, il avait échangé pendant plusieurs heures avec ses hôtes nord-coréens, avant d'avoir un dîner de travail avec Kim Yong Chol. Ce petit geste est un clin d'oeil évident au surnom que le président américain avait donné à son homologue nord-coréen en référence à son arsenal nucléaire (ndlr: "rocket man" signifie "l'homme-fusée"). Le secrétaire d'Etat américain a par ailleurs affirmé que les discussions qu'il avait eues avec ses interlocuteurs étaient "conformes à l'état d'esprit développé au sommet de Singapour".

Depuis le sommet du 12 juin, Donald Trump s'est montré optimiste sur les chances de paix dans la péninsule divisée depuis la guerre de Corée, estimant que la menace d'une guerre nucléaire était écartée. Mais le communiqué signé par les deux dirigeants à l'issue de la rencontre était avare de détails.

Dans un tweet, le secrétaire d'État a dit que son objectif était "de continuer notre travail jusqu'à une dénucléarisation complète et vérifiée de la #RDPC, comme s'y est engagé le président Kim ".

Mais beaucoup d'experts et de détracteurs du président Trump considèrent que le processus pourrait prendre des années.

Recommande: