Un millier de personnes rendent hommage au jeune tué — Nantes

06 Juillet, 2018, 14:54 | Auteur: Sue Barrett
  • Les actualités de 7h30- Nantes: la police évoque la légitime défense 
   Crédit Image: SEBASTIEN SALOM GOMIS  AFP | Crédit Média: RTL | Date: 04/07/2018

19 interpellations ont eu lieu.

Des gendarmes prennent position dans le quartier du Breil à Nantes, le 4 juillet 2018.

Des bouquets de fleurs avaient été déposés devant le pavillon, au niveau du muret où la voiture conduite par le jeune homme s'est encastrée après qu'il a été touché par le tir d'un policier, placé en garde à vue jeudi à la mi-journée. Une enquête a été ouverte.

Après un calme relatif en début de soirée mercredi, des départs d'incendies ont repris dans les quartiers dit "sensibles " du Breil, Bellevue, Dervallières et Malakoff. "Il faut qu'une forme de confiance se renoue entre l'État, les institutions et la jeunesse de ce pays", a-t-elle insisté.

"Pour la suite, nous devrions encore plus travailler ensemble pour faire en sorte que ce soit un futur confiant que nous construisons dans les quartiers", lui a répondu en écho le Premier ministre.

Les proches du jeune homme tué avaient appelé au calme mercredi soir par la voix de leur avocat.

Onze personnes ont été interpellées après une nouvelle nuit de violences à Nantes, a appris franceinfo jeudi 5 juillet de sources policières. Une jeune fille qui se trouvait dans l'appartement du dessus a été blessée. "Trente ans que j'habite dans le quartier, nos jeunes, on n'arrive plus à les tenir ", déplorait son frère, Mustapha.

Dans ce contexte, l'élargissement de la légitime défense a conduit à un véritable permis de tuer, encouragé depuis plus de 20 ans par des politiques sécuritaires renforçant l'armement de la police. "Je ne suis pas procureur, je n'étais pas sur place, mais il y a une chose en revanche, c'est que je n'aime pas que dans le doute, on accable les policiers". Dans la matinée des carcasses de voitures encore fumantes étaient visibles, selon les pompiers.

Aboubakar Fofana a été tué d'une balle dans le cou mardi soir lors d'un contrôle de police dans la quartier du Breil. Ceux-ci rapportent que le tireur avait ouvert le feu sans sommation et qu'aucun policier n'avait été heurté par le véhicule de la victime. Selon une source proche du dossier, les cinq collègues du policier ont affirmé que le conducteur avait fait une marche arrière à "très vive allure ", au point de risquer de renverser deux des quatre enfants qui jouaient sur la chaussée. Parmi elles figurent quatre mineurs.

"Ces personnes ont été arrêtées pour des affaires de violences, jets de projectiles et tentative d'incendie", explique une source proche du dossier. "La présence des forces de l'ordre sera renforcée sur la métropole nantaise", a-t-il ajouté. Sept bâtiments publics ont été brûlés, dont une bibliothèque, une maison de quartier, une mairie annexe, une crèche, et une dizaine de commerces.

Recommande: