La qualité du sperme se dégrade

04 Juillet, 2018, 21:10 | Auteur: Jonathan Ford
  • Les noctambules s'exposent aux troubles de l'humeur

Et d'après l'agence de santé, elles sont probablement dues à des causes environnementales, bien que le lien formel soit difficile à établir.

"Entre 1989 et 2005, une baisse significative et continue de 32,2% [26,3-36,3] de la concentration spermatique a été observée" chez les hommes français, expliquent les chercheurs de Santé Publique France dans leur dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire, paru le mardi 3 juillet. La puberté précoce se caractérise par un développement de la poitrine avant l'âge de 8 ans, et l'apparition des premières règles environ deux ans après, soit vers 10 ans, ainsi que par une croissance accrue: la prise de centimètres, normalement de 5 cm par an à cet âge, passe à 8 ou 10 cm. Cette puberté précoce n'est pas sans retentissement: risque plus élevé de cancer du sein, moins bonne réussite scolaire, plus d'anxiété...

La tendance est inquiétante.

"Diverses hypothèses causales peuvent être évoquées, notamment les expositions aux perturbateurs endocriniens (PE)".

Ce phénomène n'est pas propre à la France. Une étude de 2017 évalue cette baisse à " 1,4 % par an " en moyenne en Amérique du Nord, en Europe, en Australie et en Nouvelle-Zélande. De 1998 à 2014, l'incidence de la maladie a augmenté de 1,5% par an.

"D'autres causes sont possibles ou peuvent être intriquées avec les précédentes, comme le tabagisme chez les femmes enceintes (.), des facteurs nutritionnels ou métaboliques, la pollution atmosphérique ou des modifications de mode de vie (sédentarité, stress, chaleur, sommeil)", ajoutent-ils. Cette hausse "dans les populations d'origine nord-européenne depuis plusieurs décennies est un fait connu et encore inexpliqué", soulignent les chercheurs. Se manifestant par des "signes de puberté avant l'âge de huit ans chez les filles et de neuf ans chez les garçons", cette puberté peut avoir de multiples conséquences néfastes pour la santé physique et mentale. Elle touche dix fois plus les filles que les garçons.

Les cas de puberté précoce commencent seulement à être recensés, par le nombre d'enfants traités.

Recommande: