Facebook a-t-il débloqué par erreur vos contacts indésirables ?

04 Juillet, 2018, 12:46 | Auteur: Aubrey Nash
  • Facebook débloque par erreur des contacts indésirables

Facebook vient d'informer plus de 800 000 de ses membres que leurs contacts indésirables ont été débloqués pendant une semaine.

Un porte-parole de Facebook n'a pas souhaité commenter sur le nombre d'utilisateurs temporairement débloqués qui ont profité de la situation pour contacter la personne qui les avait bloqués à l'origine, ou pour voir les informations sur le profil auxquelles ils n'étaient pas censés accéder.

Si votre compte Facebook a été touché par ce bug, il est possible qu'un ou plusieurs personnes bloquées aient été débloquées temporairement entre le 29 mai et le 5 juin.

Parmi les plus de 800.000 comptes affectés, 83% (à peu près 664.000 personnes) ont vu une personne bloquée être débloquée, tandis que les 17% restants (autour de 136.000 personnes) ont vu plusieurs personnes être débloquées. Elle ne fait plus partie de sa liste d'amis et ne peut pas l'ajouter à nouveau. Elle n'est pas avertie qu'elle a été bloquée. C'est généralement la fonctionnalité qu'on utilise lorsqu'on est victime de harcèlement.

À cause du dysfonctionnement, les personnes bloquées ont pu à nouveau voir les profils des personnes qui les avaient bloquées et entrer en contact avec elles sur Messenger.

La FTC avait déjà indiqué qu'elle enquêtait sur le scandale, car elle avait accusé en 2011 Facebook de "tromper" les usagers et avait mis en garde contre les applications tierces -comme celle par laquelle ont transité les données arrivées jusqu'à CA-, car elles avaient accès à trop de données.

Facebook tente toujours de redorer son blason après le scandale Cambridge Analytica, qui lui vaut des enquêtes policières, parlementaires, et de la part des régulateurs aux États-Unis et dans d'autres pays.

Facebook a laissé filer les données personnelles de jusqu'à 87 millions de ses usagers à leur insu, qui se sont retrouvées entre les mains de la firme britannique Cambridge Analytica, spécialisée dans la communication stratégique et qui travailla en 2016 pour la campagne de Donald Trump à la Maison Blanche.

Le patron Mark Zuckerberg avait dû s'excuser et s'expliquer longuement devant des parlementaires américains puis européens très remontés contre le groupe, qui revendique 2,3 milliards d'utilisateurs dans le monde.

Recommande: